A livre ouvert (5)

Une traversée de la Passion-Résurrection de Jésus,

Cette dernière étape de notre parcours se fait très dense. Une traversée à grands traits mais aussi, pas à pas, à certains moments-clés. Les événements montrent que tout est déjà accompli avec

Le complot  (14,1-2)

 des grands-prêtres qui décident d’arrêter Jésus  pour le tuer et

L’onction de Marie  (14, 3-11)

qui, par avance, embaume le corps de Jésus en signe de son ensevelissement. Le flacon brisé pour libérer une huile de grand prix va devenir le parfum de la Bonne Nouvelle répandue dans toutes les nations jusqu’à la fin des temps.

 Eucharistie   (14, 22-25)

 Le geste de rompre le Pain est prévu dans la célébration de la Pâque juive. Jésus y insère la nouveauté. Il dit et il fait ce qu’il dit : « Ceci est mon corps, prenez et mangez. Ceci est mon sang, prenez et buvez. »

La liberté de Jésus habite l’acte qui le livre. La mort est déjà passée.

Agonie  (14, 32-42)

Avec le poids de tout le réel d’une faiblesse humaine, frayeur et angoisse, que Jésus assume : « Abba ! Père…Eloigne de moi cette coupe. Cependant, non pas ce que moi, je veux, mais ce que toi tu veux. » Tout est déjà accompli. La Passion va l’exprimer.

Dieu fait ce qu’il veut. Les hommes font ce qu’ils veulent. Jésus en meurt.

La passion de Pierre au procès de Jésus.  14, 53-72

Comparution de Jésus chez le grand-prêtre et Reniement de Pierre sont les deux faces du dernier épisode de la Passion de nuit chez les siens.

Question d’identité :

Jésus déclare la sienne : « Je le suis »

Pierre ne sait ni d’où il est ni ce qu’il est. Où est-il ?

« Alors il se rappela la parole que Jésus avait dite » 14, 72  Touchant ici au fond de ce qui l’a détruit et de ce qui le fait revenir à lui, Pierre accepte d’être là où il est « pas AVEC »

Juda dans son attente désespérée d’un Messie, d’un Jésus, qui enfin triomphe, est pour beaucoup une figure attachante. Il n’a pas entendu, il ne s’est pas souvenu de la parole « Le troisième jour il ressuscitera » Sa désespérance,  si actuelle encore, est bouleversante.

              Le tombeau ouvert  16, 1-8

De grand matin la pierre a été roulée, les femmes entrent dans le tombeau et voient, assis à droite

Un jeune homme vêtu de blanc. Qui est-il ?

_ Une image symbolique du disciple ? Dévêtu comme Jésus à la croix, revêtu de blanc à la résurrection, transformé en passant de la mort à la résurrection ?

_ Le symbole du baptisé devenu responsable du message à annoncer ?

_ Jésus lui-même après la résurrection ? Le vêtement blanc de la Transfiguration pourrait le suggérer.

« Ne soyez pas effrayées… Il vous précède en Galilée, c’est là que vous le verrez». Retournez au lieu de la première rencontre « venez et voyez … Il est ressuscité !»

C’est à cela que nous sommes invités et non au tombeau vide, ouvert. Jésus nous appelle ailleurs, nous avons à le suivre ressuscité.

Nos rencontres prennent fin pour cette année, pour lire l’ensemble de cette rencontre :

Télécharger le dossier complet

0 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *