Luc 10, 25-37

Voilà encore un homme qui veut faire ce qu’il faut pour obtenir en héritage la vie éternelle. Tout comme l’homme riche (Matthieu 19, 16-22) que nous entendions il y a quelques semaines, la question du légiste se situe dans l’ordre du mérite, du donnant-donnant.

Mais, la vie éternelle ne s’obtient pas au bout de l’accomplissement de la loi. Aimer le Seigneur de tout son cœur et aimer son prochain comme soi-même conduit simplement à vivre plutôt qu’à mourir. Et cela se comprend bien puisque la loi est simplement le garant de la vie en société.

Mais, il ne suffit pas de lire la loi pour l’accomplir … Il faut l’interpréter ! C’est ce que fait Jésus devant nous en réponse à la question du légiste : « Et qui est mon prochain ? ». La réponse de Jésus fait éclater le carcan de la loi, pour donner libre cours à la créativité de la charité. Le Samaritain de la parabole déploie une série d’activités : il est d’abord saisi de compassion, puis il soigne et porte le blessé, il le conduit, paie pour lui et le confie aux soins de l’aubergiste …

Quelle magnifique invitation à oser déployer toutes les harmoniques de la charité dans notre vie, bien au-delà de la loi ! Car la créativité de l’amour semble bien être l’unique chemin de la liberté des enfants de l’Evangile qui conduit à la vie éternelle …

0 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *