Tabgha

Matthieu 15, 29-37

  « Je suis ému de compassion pour cette foule … ils n’ont rien à manger «  (v 32)

Tabgha
Tabgha

Je voudrais méditer avec vous la compassion du Seigneur et la faim de l’homme. Plus je m’approche de Jésus à travers sa parole et son pain de vie, plus je communie à sa compassion merveilleuse pour chaque être humain ; plus je découvre la faim immense qui m’habite. De quelle faim s’agit-il ? Au-delà de la faim physique, il s’agit d’une faim spirituelle profonde qui ne cesse d’augmenter au fur et à mesure de mon renoncement au monde et de mon attachement au Christ. « Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, ils seront rassasiés » (Mt 5, 6).

Le pain que Jésus nous donne c’est son corps qui nous rassasie et ouvre en nous les fleuves de la compassion divine : « laissant déborder en mon âme les flots de tendresse infinis qui sont renfermés en vous » (Ste Thérèse de l’Enfant Jésus – Pr 6).

0 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *