Éveil à la foi © CSJ Mechref, 2017.

Matthieu 18, 12-14

Renversement des valeurs

Éveil à la foi © CSJ Mechref, 2017.
Éveil à la foi © CSJ Mechref, 2017.

Pendant une rencontre d’éveil à la foi, je suis entourée de cinq enfants de Moyenne Section (3 ans et 4 ans). Je leur raconte l’histoire de la brebis perdue. Pendant le temps d’appropriation de la Parole, chacun colorie une petite brebis, avec application, colle le coton pour sa fourrure, car elle a du prix aux yeux de Dieu. Sur une autre illustration, j’ai choisi Jésus le Bon berger qui en porte une sur ces épaules avec tendresse, et je redis à mon auditoire attentif combien Dieu de Miséricorde ne se résout pas à sa disparition, et laisse les 99 autres ensemble, jusqu’à ce qu’il retrouve celle qui manque à son cœur. Nous jouons même tous ensemble à la brebis perdue en cachant chacun à son tour son dessin et en dansant à chaque retrouvaille.
Sauf que …
Au moment de se quitter, je pose l’ultime question aux enfants. « Alors qu’a fait le berger quand il s’est rendu compte qu’il manquait une de ses 100 brebis ? Que fait-il, pour elle ?
Réponse d’un petit : « ben, il la laisse ! ». Je m’étrangle : « comment ça ? Il la laisse toute seule perdue, il l’abandonne ???? ». Et tous unanimes, sur le pas de la porte, en me disant au revoir : « Oui, il la laisse ».
Échec de la proclamation. Catéchiste déprimée !

Et, je réalise combien Jésus a mis le monde à l’envers. En naissant dans une étable, en se révélant petit parmi les petits, pauvre parmi les pauvres, serviteurs parmi les opprimés, Jésus renverse notre échelle de valeur universelle du pouvoir, de la richesse, et de l’honneur. Jésus le sait, mais il désire offrir, à ceux qui veulent le suivre, une autre voie pour partir à la recherche de toutes les brebis perdues. Non ! Il ne les laisse pas, il est du côté de ceux qui sont méprisés, honnis, abandonnés, rejetés, faibles, malades, prisonniers, pécheurs, estropiés, aveugles, boiteux, etc. …
« Et tous les cœurs s’éclatent… à la cadence. / Il y aura bien des gens surpris / Ceux qui tenaient pour acquis / Qu’un credo..carré.. suffit / Pour le Dieu de l’infini / Dont l’Esprit est comme le vent / Parfois doux, parfois troublant / Et dont les voies déstabilisent / Souvent même son Église ! » (Groupe EXO, Album Éclats d’Afrique).

0 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *