Symphonie pour un Carême 1

Symphonie pour un Carême – 1er Mouvement

Je lisais, l’autre jour dans le métro, quelques pages incontournables de Karl Rahner (Aimer Jésus) pour vivre, avec plus de sérieux et en profondeur, ce Carême qui déjà s’annonce. Vous dire que j’étais absorbée, le front plissé, assez crispée sur une phrase d’1/2 page (pourtant admirablement traduite !), c’est peu de chose ! J’étais au bord de l’implosion mentale ! Je levai alors les yeux et aperçus un jeune garçon, tout sourire, le corps détendu, écouteurs branchés, se balançant au rythme d’une musique sans doute agréable et heureuse.

Et toi, me dis-je in petto, es-tu capable d’entendre cette symphonie de Carême, « musique silencieuse » qui habite ta « solitude sonore » ? Et qu’elle t’emplisse de la présence de Jésus ?

Je rangeai Rahner dans ma sacoche et empoignai (mentalement) une partition vierge pour donner libre champ à l’inspiration quadragésimale. Alors, la mémoire altérée par la Parole de Dieu, j’ai laissé courir ma plume…

« Jésus au désert » (1er dimanche de carême)

symphonie

  1er Mouvement-Ouverture bi-thématique mineure – Sonate excentrée

Immédiatement après l’épiphanie du Baptême, Jésus s’excentre, il se décentre au désert. Non pas pour aller mettre à l’abri son identité toute neuve, mais pour laisser s’effectuer en lui le grand travail d’unification qui est œuvre de l’Esprit.

Il porte en lui la voix du Père – violoncelle – en mineur, car elle est discrète cette voix, discrète et pénétrante tout à la fois ; il faut tendre l’oreille et mobiliser son attention pour la percevoir ; mais elle est là, a continuo.

Violons dans l’aiguë, tonalités discordantes et grinçantes, en majeur : telle est la voix du diviseur qui tente d’occuper tout le champ. Phrases musicales brillantes pour traduire les grandes poussées d’avoir, de savoir et de pouvoir.

Voix de Jésus, alto solo, comme la ponctuation d’une réponse, d’un acquiescement, d’un consentement au continuo du violoncelle paternel, inscrit en lui depuis toujours…

« Je vais te conduire au désert et là, je parlerai à ton cœur : je te fiancerai à moi pour toujours, dans la justice et dans le droit, dans la tendresse et la fidélité, et tu connaîtras mon nom… »

Rendez-vous la semaine prochaine pour le 2ème Mouvement…

 Sœur Frédérique, le Caire

0 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *