Fondation à Bagdad

 

« Après 60 ans d’attente, vous voici enfin parmi nous ! Le rêve devient réalité et nous espérons collaborer ensemble pour accomplir la volonté de Dieu. » Tels furent les mots d’accueil du Père Ghadir, carme irakien, qui a vécu tous les évènements douloureux du pays, accueillant des réfugiés, assumant sa mission d’enseignement d’accompagnement et formation spirituelle, de soutien fraternel… C’est grâce à lui que le Carmel est toujours présent dans ce pays meurtri par la guerre et les violences, cependant le désir de vivre est plus fort que tout !

 

 

En ce 1er octobre « nous rendons grâce pour ces deux cadeaux reçus du Seigneur : Thérèse de l’Enfant Jésus et la fondation du Carmel Saint Joseph » ; c’est ainsi que l’Evêque, Jean Sleiman, introduisait son homélie.

Cette journée d’action de grâce a commencé par l’inauguration de l’école Saint Joseph des Pères Carmes, fondée en 1737. Après avoir subi des destructions, des déplacements, des changements d’orientations, elle est aujourd’hui rendue aux Carmes qui nous confient sa direction et son animation. Un commencement : deux classes CP et CE1 avec 35 élèves, dont la majorité sont des musulmans.



Fondation du Carmel Saint Joseph à Bagdad

Le 2 octobre, nous avons eu la joie de célébrer la première eucharistie présidée par l’Evêque, avec nos frères carmes, dans notre couvent.

Aujourd’hui les chrétiens deviennent une toute petite minorité, suite aux flots d’émigration ces dernières années, passant de 3 millions à 400 000. Les chiites sont majoritaires, avec une minorité sunnite, et les conflits entre les deux communautés musulmanes ne font que s’aggraver ! C’est un appel pour nous à une présence discrète dans la recherche d’un vivre ensemble.

Mgr Joseph Nahum, son Excellence le Nonce apostolique d’Irak. et Mgr Jean Sleiman

« Nous rendons grâce pour votre présence ici avec et parmi nous, en Eglise, pour ce peuple irakien, et surtout pour ce service d’éducation que vous allez rendre dans ce pays où l’éducation et les institutions scolaires sont très fragilisées suite aux évènements. Votre présence est aussi un témoignage pour les chrétiens devenus minoritaires, vivant dans la peur et la méfiance. Beaucoup de familles ici ont fui les persécutions du nord et beaucoup ont perdu des membres, devenus martyrs», nous partageait Mgr Joseph Nahum, secrétaire du Nonce apostolique d’Irak.

La communauté est aussi engagée avec la famille carmélitaine et dans le centre pastoral de Saint Joseph et de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus au service de la catéchèse.

Une aventure s’ouvre devant nous, c’est l’audace de l’Esprit qui nous envoie comme carmélites de Saint Joseph, nous aidant à « devenir des femmes habitées par la prière et des apôtres qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour la croissance de l’Eglise et la gloire de Dieu » (RV N°7)

En images …

 

4 commentaires

  1. C’est très émouvant de voir tous ces visages rayonnants de joie et d’espérance. Merci à Dieu pour ce commencement d’une oeuvre si belle et si désirée! Merci pour ce partage!

  2. Soeurs très chères, bien qu’éloignées, nous vous sommes proches et si heureuses de voir vos visages, reflets des coeurs. Ils sont porteur de tant d’espérance.
    O notre Dieu nous te rendons grâce !

  3. Béni soit le Seigneur pour votre présence en ce lieu!
    Merci à chacune d’avoir dit oui!
    Que le Seigneur à travers vos vies données accomplisse son Oeuvre d’Amour.
    Avec vous en profonde communion

  4. Quel beau geste de fraternité et d’Amour dans notre Seigneur Jésus en ouvrant une école dans ce pays meurtri.
    Merci, pour ce message d’espoir en un avenir meilleur éclairé par l’esprit saint et la joie de ceux et celles qui en témoignent.
    Que Jésus et Marie vous accompagnent.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.