L’ADN chrétien II

2è Partie La création, l’incarnation

Introduction

Pour nous chrétiens, le centre, le cœur de l’histoire, pas seulement de notre foi personnelle, c’est la Pâque de Jésus [ la Pâque sera  pour la 3è partie !] Pour Israël, qu’est-ce qui est au cœur de sa foi ? C’est aussi la Pâque, mais l’Exode : Dieu libère les esclaves de l’Egypte – ils étaient tenus en esclavage, mais il n’y avait pas qu’eux : il y avait aussi les égyptiens : il y avait le pharaon, ses intermédiaires, et puis le peuple –  Et au cœur de la longue marche au désert, il y a l’Alliance. Dieu fait Alliance avec son peuple au Sinaï : c’est un pacte d’amitié entre deux partenaires libres. L’alliance suppose la liberté des deux partenaires. C’est pour cela que vous avez la libération avant l’alliance. Sinon, ce serait quelque chose d’imposé à des esclaves. Et du coup, ces partenaires libres prennent une sorte d’engagement réciproque : Je serai votre Dieu et vous serez mon peuple. A partir de cette alliance du Sinaï , on va remonter dans l’histoire, et on va redécouvrir les patriarches, jusqu’à Abraham . Et là, l’alliance avec Abraham (chapitres 15 et 17 de la Genèse) , une alliance où une flamme passe entre les animaux partagés en deux, pendant qu’ Abraham est assoupi. Ce qui veut dire que Dieu et Abraham sont liés à la vie à la mort. Çà veut dire, en clair, sans moi, toi Abraham et tous tes descendants, vous n’êtes rien. Mais sans vous, je ne suis rien. Un rabbin traduira ça en disant « Si vous êtes mes témoins, alors je suis Dieu ». Si Dieu n’a pas de témoins, il n’existe pas , pour les hommes. L’engagement est fort : Dieu dépend de nous (le pauvre !).
Et on va remonter plus loin :
Chapitres 1 à 12. Pour Israël, l’histoire commence à Abraham, mais elle est toute interprétée à partir de l’exode. On est dans le mythe, on n’est pas dans l’histoire. Il y a Noé, et l’alliance avec Noé, qui est l’alliance avec toute la création, avec l’arc en ciel comme signe. Et on va remonter jusqu’au couple chrétien, jusqu’au couple initial. Ce qui veut dire en clair que les récits de création dépendent totalement de l’exode. La Bible ne commence pas avec la création. C’est à partir de l’exode qu’on va remonter, et que l’on va écrire les récits de création.

Ce qui est très libérateur, c’est qu’il existe des tas de récits de création, le problème, c’est que seuls, les 2 premiers chapitres de la Genèse ont été privilégiés , alors que nous avons des récits magnifiques, le fameux psaume 8 :
« 02 Ô Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand ton nom par toute la terre !
Jusqu’aux cieux, ta splendeur est chantée
03 par la bouche des enfants, des tout-petits …/…
04 A voir ton ciel, ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu fixas,
05 qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, …/…
06 Tu l’as voulu un peu moindre qu’un Dieu… »

le splendide psaume 104 [numérotation hébraïque = numérotation liturgique +1. Un seul numéro : comprendre numérotation hébraïque ], le 104 que Stark appelle une symphonie sur la Genèse, sur l’origine. Puis vous avez des passages nombreux dans les Prophètes, en particulier dans le prophète Isaïe. Puis nous avons ces fameux chapitres 1 et 2.

A suivre : L’Homme créé

Un commentaire

  1. Avant d’en venir aux récits de la création, j’ouvre une parenthèse, importante :

    Je me réfère à un grand philosophe, qui est en même temps un très bon exégète, un très grand connaisseur de la Bible, un protestant qui s’appelait Paul Ricoeur. Pour moi, c’est le dernier philosophe.
    [ Après, on a des guignols, maintenant, qui prétendent faire de la philosophie… il y en a quelques uns qui sont sérieux, d’autres qui ne le sont pas, en particulier celui qui passe toujours à la télévision, qui n’est pas sérieux du tout… il a du succès, s’il était sérieux, il aurait moins de succès ! Il est dans la pure négativité de tout ce que croient les autres. Ça lui donne une auréole qu’il ne mérite certes pas ! ]
    Pour Ricoeur, et il a parfaitement raison, dans la Bible, l’humain, homme et femme, n’est pas quelqu’un sur lequel on nous dit quelque chose. On n’a pas une doctrine sur l’humain dans la Bible. Mais on a l’être humain, femme, homme, mis en face d’une parole qu’il interprète. Ce n’est pas quelqu’un sur qui on nous dit quelque chose, c’est quelqu’un à qui on dit quelque chose, à qui une parole est adressée, et une parole qu’il interprète. Donc, pas une thé orie, pas une saisie de l’homme, mais l’homme comme vis-à-vis d’une parole qui l’interpelle. Vous avez trois situations fondamentales : L’homme créé, l’homme perdu, et l’homme sauvé : ça dégage toute une dynamique de sens.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.