L’ortie

Tu es ma découverte pour ce temps de Pâques ! Je t’arrachais auparavant, dès que je voyais ta tête pointer, sans aucune hésitation, pensant surtout à cette fois où je t’avais touchée pour la première fois. Tu m’avais piquée sans la moindre gêne et sans honte. Tu m’avais fait vraiment mal.
Je t’arrachais donc parce que, à partir de ma rencontre avec toi, je t’avais jugée mauvaise aussi bien pour moi que pour notre jardin. Or, je t’ai redécouverte ce dernier samedi, 11 avril ! Cherchant un remède aux pucerons des rosiers j’ai appris que tu en est un. J’ai appris tes nombreuses qualités et la gloire que tu avais jadis auprès de nos ancêtres. J’ai appris que Albrecht Dürer avait peint un ange qui, une ortie à la main, s’élançait vers le trône du Tout-Puissant[1].J’ai appris aussi, et à ma grande surprise, que tu as un lien historique avec l’habit monacal[2] ! Bref, j’ai appris que je ne pouvais plus te prendre à la légère et t’arracher dans un acte de déni qui ignore tout de toi.
De plus, méditant une page de Victor Hugo où il est question de toi, j’ai redécouvert les vertus médicinales et thérapeutiques des personnes qui, parmi les humains, peuvent dans nos vies tenir un rôle qui ressemblerait au tien dans le monde des plantes ; j’ai redécouvert les vertus thérapeutiques des personnes qui piquent !
« Mes amis, retenez ceci, il n’y a ni mauvaises herbes ni mauvais hommes. Il n’y a que de mauvais cultivateurs. » Victor Hugo, Les Misérables. 

[1] J. Boulène, Simple histoires de simples, broché, 2013, p. 165.
[2] Ibid. 

 

Un commentaire

Ajouter une réponse à Sr Nathalie Annuler

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.