Marchandisation du monde …

« Marchandisation du monde et subversion évangélique »,
tel est le thème qui a rassemblé une soixantaine de personnes ce samedi 30 avril, autour de Lucienne Gouguenheim et Gui Lauraire des Réseaux du Parvis.
marchandisation_

Quel est notre  monde ?

Nous vivons dans un monde en mutation, qui a mis en place un ordre économique totalitaire. L’argent est devenu le maître du monde et des sociétés.
L’économie de marché, système pertinent basé sur l’échange, a dérivé vers une société de marché où tout est devenu marchandage : la nature et la terre qui devraient être un bien commun, et jusqu’aux humains eux-mêmes !
Nous sommes devenus les esclaves de ce que nous avons-nous-mêmes produit.
La violence répressive et la violence subversive, croissantes dans nos sociétés, s’enracinent dans des violences structurelles.

Comment sortir de l’idolâtrie de la finance ? Face à cette situation, que faire ?
                    conference_marchandisationmarchandisation
– S’informer et comprendre, pour devenir capable d’agir et non plus de subir.
– Développer une pensée libre qui bannisse de notre esprit des réflexions du type « il n’y a pas d’autre alternative » … cherchons toujours des chemins nouveaux de vie.
– Il ne suffit pas de réguler la finance, mais il faut transformer le monde en tenant compte de ceux que Jésus met au centre de sa Bonne Nouvelle, les indésirables de nos sociétés.
– Nous avons construit un système qui nous échappe. Peu ou prou nous sommes un peu complices du système qui nous écrase. Une conversion personnelle est indispensable, nourrie d’espérance, pour continuer d’agir, car chaque petit acte d’humanité posé, est une petite goutte d’eau qui fait la mer.
– résister au système sans tuer les personnes.
– Aborder les questions et les problèmes en système (. Par exemple, le risque écologique est lié à l’injustice sociale et à la prédominance de la finance) et avec d’autres.

Pour méditer …

Exode 32, 1-6 : Les hébreux se dépouillent de leurs bijoux, puis ils offrent des holocaustes de paix. Ils s’assoient pour boire et manger … et ils se lèvent pour se divertir. « Donnez-leur du pain et des jeux ».

Genèse 32, 4 à 33, 11 : La rencontre entre deux personnes ne peut pas se limiter à un échange commercial. Jacob essaye d’acheter la clémence de son frère Esaü par de multiples biens. Cela ne suffit pas à rétablir une vraie relation créatrice de vie. Le lien renoué est ici l’œuvre d’Esaü plus que celle de Jacob.

Ensemble résistons avec comme seules armes de combat : l’Evangile et le souci de l’humain.

Sœur Catherine, communauté de St Guilhem

6 commentaires

  1. Visé par les soupçons et les accusations, l’argent existe surtout par son absence. L’économie domine le monde par la peur de manquer. C’est ainsi que l’illusion est fabriquée de toute pièce. Par la peur. Et c’est aussi comment la dette mondiale est instrumentalisée. Un trésor qui n’existe pas mais qui est rendu réel par son absence. Si tu n’as pas, tu as. Le billet ne crée rien sauf la valeur de son absence. La richesse se place au-dessus de nous pour pouvoir mieux la juger. Elle est datée, périmée, enfermée dans un trésor virtuel, calculée tous les ans par une poignée d’élites, dans un bureau.

    L’argent, au principe de notre culture terrestre oblige à suivre des règles, un mode de vie qui s’interpose entre nous et le réel comme un instrument de mesure. Quelle place as-tu dans notre monde? Nous ne pouvons pas vivre sans. Et ceux qui tentent l’exercice sont considérés comme vivant sur une autre planète.

    L’argent, c’est la somme d’un gagnant abuseur et d’un perdant qui saigne. Cette relation a surtout une conséquence pour le spirituel : l’argent est une énergie indésirable pour l’expansion spirituelle. Embrasser l’état de pauvreté était vu comme une vertu. C’était presque divin d’être pauvre pour certaine culture. Pourtant la notion de pauvreté ne provient pas du Dieu Père/Mère. Elle était un moyen d’éviter de se faire piéger par son ego et la corruption dans les siècles passés.

    L’argent n’est pas un bagage encombrant. C’est une joie immense pour donner et recevoir. Pour cette raison il faut cesser d’avoir peur de l’argent comme si il constituait un danger pour la paix et la coexistence entre soi et le spirituel.

    Pour sortir de l’esclavage de l’argent-roi, nous pourrions élargir le courant de l’abondance au lieu de bloquer le courant. Et avec le cœur plein, enseigner le courant de la suffisance. Nous avons assez, largement assez. Pour tous.

    Ainsi la meilleure façon d’aider les autres à s’ouvrir au courant de la suffisance, c’est de lui transmettre une culture. La culture de l’argent neutre avec une grande potentialité pure. L’argent est une spirale créatrice qui crée de belles choses. N’ayons pas peur de l’accueillir. C’est ainsi qu’il faudrait aimer l’argent. Accepter de le recevoir et de le transmettre. L’argent ne constitue pas un capital mais la somme de nouvelles expériences. Celle d’offrir la joie pour l’autre. Celle de raccourcir les étapes pour être en paix. Celle de créer des possibilités pour celui qui n’y croit plus. Celle de raffermir une volonté épuisée par l’austérité sèche du désespoir. Celle de créer d’autres alternatives justement.

    La grande richesse que nous pouvons produire à l’infini est la somme de toutes nos expériences que nous manifestons sur terre pour soi et pour l’autre. Nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine. Et non l’inverse. Des humains choisissant l’expérience spirituelle avec sa pauvreté. C’est ce principe de départ qui compte. Cette révolution de l’esprit. C’est l’expérience humaine qui ne doit pas être appauvrie.

  2. Bonjour Servane,

    je ne te connais encore que par ouï dire, mais ça me fait plaisir de voir ton commentaire et ça me donne envie d’en rajouter un petit.
    J’aime beaucoup ton expression « l’argent existe par son absence, trésor qui n’existe pas mais est rendu réel par son absence… » C’est vrai ! Par contre, cela c’est le monde de la finance et pas de l’économie, et donc, à mon avis, ce n’est malheureusement pas l’économie qui domine le monde, mais la finance, cet argent vide, virtuel, absent. Si l’économie dominait le monde, nous vivrions dans une société (même mondiale, cela ne fait pas de problème) d’échange de nos savoir-faire et de nos services. Et cela susciterait la créativité. L’homme n’est-il pas créé pour devenir co-créateur de Dieu ? Ainsi, je te proposerais l’organisation d’un repas pour une fête, parce que je suis traiteur, et cela je sais bien le faire. Avec ce que tu me paies, j’achète ce qu’il me faut pour vivre, j’achète aussi de quoi améliorer mon service, je peux aussi partager avec qui je veux, soutenir des projets … Ça, c’est l’idéal … C’est tellement simple qu’on dirait qu’on l’a oublié ! C’est un argent qui représente une valeur réelle, c’est un argent qui circule vraiment, qui crée du lien entre les humains, suscite l’imagination et la créativité. Cet argent là, il est au service d’un déploiement des personnes et d’une croissance de l’humanité.

    Lorsque tu parles de la peur … Ce n’est pas l’argent qui nous fait peur, c’est l’argent absent, c’est l’argent mensonger … celui-là, je pense sincèrement qu’il faut s’y opposer, non pas en vivant sans argent, mais en essayant de faire revivre l’autre argent, celui de l’économie, qui suscite l’humain debout, l’humain créateur, l’humain en relation,..

  3. Merci Catherine! On assiste au déclin mondial. Le système financier et monétaire ne peut plus continuer son arnaque. Ouf. Le système devra être totalement restauré. On verra si les humains seront capables de faire la paix et de ne pas avoir peur. Le drame impossible à résoudre, c’est la faillite des pays et le libre-échange humain ne suffit pas à créer de la stabilité. Quand on voit la Grèce qui s’effondre, l’Italie, l’Espagne, le Portugal…et la France qui se cache dans le dénie, je grince des dents. Tu as dû voir les scènes apocalyptiques de gens qui dévalisent les supermarchés au Venezuela juste parce que les gens crèvent de faim et n’ont plus d’argent. Les gouvernements pillent tout. La solution est de laisser s’écrouler le système car nous n’aurons pas d’autres choix que de re-commencer à zero, sur des bases saines, transparentes et bienveillante pour tous les humains.
    La tension sera pénible. Moi qui voulait tenir une épicerie. (je plaisante).

    • OK Servane, je suis d’accord … Laissons s’écrouler le système ! C’est très biblique. Non, je ne plaisante pas !!! Je pense à Pharaon qui s’est endurci jusqu’à ce que es premiers-nés de son peuple meurt. Alors seulement, il a laissé partir les Hébreux. Je pense aussi à l’homme au démon nommé légion : « Légion » demande à Jésus de ne pas les chasser du pays mais de les envoyer dans le troupeau de porcs. Et ces idiots de cochons se sont jetés dans la mer du haut de la falaise. C’est ainsi que le mal s’est auto-détruit. Mais il fallait quand même que Jésus le regarde en face et le nomme ! Cela me fait penser aussi au Temple de pierre (pour nous c’est un temple d’argent mensonger) qui s’écroule et en trois jour il sera rebâti (par la vie plus puissante que la mort). Enfin, je pense aussi à l’ivraie et au bon grain que l’on doit laisser pousser ensemble. Peut-être devons-nous laisser le système aller à sa propre perte et déjà travailler aujourd’hui à plus d’humanité, à des circuits parallèles où l’homme est au centre et non l’argent.
      Pour l’épicerie, c’est une bonne idée, car ici à Saint Guilhem, village de 230 habitants, nous avons pléthore de restaurants et de boutiques qui vendent des babioles, mais nous n’avons ni épicerie, ni boulangerie régulière. Alors pourquoi pas dans ce petit coin du bout du monde une jolie petite épicerie ?

  4. Ouah ! Bravo Servane et Catherine, le débat semble bien engagé et je m’en réjouis, c’est intéressant ! Car je dois vous avouer que si je ne suis guère passionnée par ce sujet où je ne comprends pas tous les enjeux, la manière dont vous en parlez ouvre à des prises de conscience et il s’agit de voir quelles incidences dans mes choix quotidiens.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *