Schaerbeek (suite 2)

La petite Anatolie à Schaerbeek.

L’Anatolie est une région de Turquie mais la petite Anatolie est un quartier de Bruxelles !!!
« Ce n’est pas la petite Turquie, mais la petite Anatolie » une appellation clairement Locale.
Les abords de la place de la Reine se présente tel une porte d’entrée sur la commune de Schaerbeek, et le quartier de la petite Anatolie est un clin d’œil à la communauté turque qui vit et travaille aux abords de la Chaussée de Haecht.

Cette Chaussée est une longue voie séculaire qui relie Bruxelles à Haecht en passant justement par les communes de Saint Josse de Noode et Schaerbeek.
Une partie de cette chaussée est très fréquentée par des restaurants turcs typiques, de plus en plus soignés. 

L’été, les terrasses envahissent les trottoirs et remportent beaucoup de succès. Les enseignes colorées sont nombreuses. Certains rappellent leur lien avec le pays et la cuisine turque (comme le snack andalou. Anatolie). Les échoppes de fruits et légumes déploient leurs couleurs, même, sous un soleil souvent pluvieux fréquent à Bruxelles.

Mais pourquoi ce nom de petite Anatolie ? Voici un peu d’histoire !

En 1964, comme on l’a rappelé il y a peu, pour les cinquante ans de l’immigration marocaine et turque, l’Etat belge a fait appel aux travailleurs étrangers … la main d’œuvre manquait. La majeure partie des émigrants étaient des gens qui, avant leur traversée, n’avaient jamais vécu dans un contexte citadin. Ce qui explique pourquoi les familles des premières générations et en provenance d’une même région choisissaient de se regrouper dans les mêmes quartiers.

En 2006, dans le cadre du jumelage entre Beyoglu (Istanbul) et Schaerbeek, les autorités de la ville turque ont voulu offrir à la commune bruxelloise un symbole, une œuvre d’art à placer dans la petite Anatolie près de la Chaussée de Haecht. Il s’agit de la statue de Naseredine Hoca assis sur son âne.  Philosophe populaire turc connu pour son humour et ses enseignements absurdes. Un sage présent dans beaucoup de paraboles et fables populaires, qui utilise l’absurde et la dérision pour enseigner le bon sens aux personnes qu’il rencontre. La statue est inaugurée le 23 Septembre 2006 à deux pas de la place Liedts.

Je ne résiste pas au plaisir de vous narrer une fable de Naseredine :

« Naseredine s’adresse à une foule venue écouter ses sermons. Il leur demande : « savez-vous ce que je vais vous dire ? L’assemblée lui fait signe que non. Je n’ai pas de temps à perdre avec de tels ignorants s’écrie-t-il ! Avant de s’en aller aussi vite qu’il est apparu. La semaine suivante, Naseredine monte en chaire et s’adresse à nouveau à l’assemblée : « savez-vous ce que je vais vous dire ? Oui, répond la foule d’une seule voix ! Puisque je n’ai rien à vous apprendre dit-il, je m’en vais. La semaine suivante, les gens venus l’écouter se concertent. Quand Naseredine montera en chaire et posera sa question, l’assemblée lui répondra. Eh bien, Naseredine, certains le savent, d’autres l’ignorent. Naseredine monte sur sa chaire et pose sa question. L’assemblée lui répond que certains savent et d’autres non ! Très bien répond Naseredine, que ceux qui savent, instruisent ceux qui ne savent pas. Et il partit. »

A partir de la Chaussée de Haecht, à côté de la Mosquée Fatjh Camii de la Communauté turque nous trouvons la rue Philomène et c’est dans cette rue animée par les cris et les rires des enfants l’été, que se situe le Carmel Saint Joseph, depuis Mai 2015.

 

Notre chapelle

 

A l’origine, cette rue portait le nom de rue des pensées, puis avec le réaménagement de la commune au 19ème siècle, elle devint rue du rossignol Philomèle, et plus tard l’usage populaire en fit la rue Philomène.

Entrée de la communauté
Entrée de la communauté

A deux pas de chez nous se trouve une ASBL : nommée Bouillon de cultures ! Elle est l’image de notre environnement, et notre implantation dans ce quartier, sur cette commune. Elle nous invite à nous insérer dans un monde multiculturel, riche de différentes cultures, couleurs et nationalités.
Dans l’épicerie solidaire où je travaille, l’autre jour nous étions 10 bénévoles, de 8 nationalités, autour de la table.

Une petite expérience parmi d’autre du vécu au quotidien de notre communauté sur Schaerbeek.

Campanule, mars 2017

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *