« A TA PLACE !!! »

« A TA PLACE !!! »

Une petite histoire d’invités à une Noce, racontée par Jésus dans l’Evangile.. : Quelqu’un s’est trompé de chaise ! La honte ! Il doit rejoindre le bout de la table. La place d’honneur est prévue pour quelqu’un d’autre… C’est dans l’ordre des choses : chacun doit rester à la place qui est la sienne. Condition essentielle pour que tout reste en ordre, pour que le bon fonctionnement de l’institution soir assuré… L’esclave reste un esclave. L’homme libre reste un homme libre, comme dans un défilé ! Sécurité et tranquillité avant tout… Quand l’honneur, le rang ou la fortune remplacent la responsabilité ou le talent, ne restera t-il à un peuple que la révolte et la violence ? Rien n’est plus rassurant que la faiblesse de l’autre pour garder son rang, son « pouvoir »…

DONNER UNE PLACE…. Car c’est bien ce dont il s’agit ! Quand on parcourt les pages des Evangiles on ne compte plus les occasions où Jésus intervient pour donner ou redonner une place dans la Société, dans la Religion Juive, à celles et ceux qui n’en ont pas, qui n’en ont plus : infirmes, méprisés, oubliés… Il s’est « battu » pour redonner à tous une dignité, une raison d’exister, un espoir… Donner une place sans que personne, jamais, ne se sente exclu ! Je fais souvent sourire les jeunes couples quand je leur dit – moi le vieux célibataire – que lors de l’arrivée d’un enfant, il est prudent de veiller à ce qu’il n’envahisse pas tout l’espace du couple : le bébé à une place, pas toute la place, sinon c’est l’équilibre du couple qui sera mis en danger… Donner une place c’est ouvrir un espace pour permettre à chacun de s’épanouir dans la confiance, c’est le plus beau cadeau que l’on puisse faire à l’autre. « A l’école, on apprend à grandir » disait une fillette lors d’un lointaine émission… Donner une place à l’autre mais sans oublier de laisser une place à ce qui va le « nourrir », là où il vit, à chaque instant de sa vie : Donner, laisser une place à l’amitié, la tendresse, le partage, l’attention au plus faible. Bref: tout ce que nous connaissons bien…

Et ETRE A SA PLACE… Pas rester fixé à une place une fois pour toutes bien sûr ! On n’enferme pas un être humain dans un statut, une catégorie, ni même une situation ! Il ne s’agit surtout pas de se sentir tranquille, bien installé, sans ambition, sans rêve de voir reconnus ses talents, ses aptitudes, sans tout faire pour améliorer la vie quotidienne d’une famille, de l’Humanité même! Il n’y a pas de place pour ceux à qui on enlève leur dignité !… ETRE A SA PLACE, c’est accepter que là où je suis on a besoin de moi. Et que ce serait trahison que prétendre que l’on se suffit à soi-même.. ! Si je ne suis pas là, si je ne fais pas ce qu’il faut au moment précis, qui le fera ? Chaque ville et village, chaque famille, chaque Communauté, chaque Eglise, chaque Service est ce lieu où je dois être « à ma place »… C’est une aventure quotidienne. Une invention permanente… A moins de se résigner à n’être que des robots… Dans ce cas, ce sera le verdict du Marié de l’histoire :  » Retourne à la dernière place… »

« Celui qui se prend pour le centre du monde sera abaissé, celui qui cherche patiemment sa vraie place sera élevé… » D’accord, excusez-moi, j’ai un peu « arrangé » la dernière phrase du texte de dimanche… Je retourne à ma place…

2 commentaires

  1. Quand Joséphine Baker prononçait un discours aux côtés de Martin Luther King

    Le 28 août 1963, le pasteur noir égrenait ses fameux « I have a dream ». Ce jour-là, Joséphine Baker avait aussi pris la parole. Voici son discours inédit.

    Elle fait partie de ces créatures qui ont mis en actions la DIVINE VOLONTÉ

  2. Jésus, amis des hommes, par l’intercession de Saint Joseph travailleur et la Vierge Marie, je te demande un emploi stable et la grâce du mariage. Amen

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.