l’ADN chrétien (1) !

L’Acide Désoxyribo Nucléique, support matériel de l’hérédité, permet à nos cellules de fonctionner…  La foi chrétienne a aussi son ADN !
Le père Gui Lauraire, théologien nous propose de construire peu à peu notre ADN chrétien.

Etre Chrétien, c’est quoi ?
C’est se réclamer de Jésus, Christ. Si nous lisons le livre des Actes des Apôtres, on parle des frères, des croyants, des disciples, de la voie, du chemin… mais c’est à Antioche, dans un milieu païen, alors que les premiers missionnaires commencent à y arriver, que, pour la première fois, on va donner le nom de Chrétiens à ces gens qui annoncent Jésus Christ (Ac 11,26, Phil 1,21, Gal 2,20, etc..)

Etre Chrétien, c’est se référer, et tout référer, à Jésus Christ. Du coup, comme première conséquence, c’est tout annoncer comme Bonne Nouvelle : Évangile veut dire Bonne Nouvelle !
Cette bonne nouvelle, c’est que Dieu veut que TOUS les hommes soient sauvés !
Est-ce que tout ce que j’annonce se réfère à Jésus Christ et est une Bonne Nouvelle ? A partir de là, nous allons arriver à l’ADN chrétien.
Puisque être chrétien, c’est se réclamer de Jésus Christ, se référer à Jésus Christ, nous allons le mettre au centre.
Comment le connaissons-nous, Jésus Christ, aujourd’hui ?
Par les textes de ce que nous appelons le Nouveau Testament. Or, qui a écrit ces textes, qui nous les a communiqués ? Les apôtres, la génération apostolique.
Voila le « A », nous croyons en Jésus Christ, sur la foi des Apôtres. Ce sont les écrits de la génération apostolique qui nous permettent aujourd’hui de connaître un peu Jésus Christ.
Lorsque les apôtres nous parlent de Jésus, lorsque nous lisons les Evangiles, Jésus n’arrête jamais à lui-même, il est une interception. Jésus nous dit « je ne fais rien de moi-même : tout ce que le Père me dit, je le fais » Jésus renvoie toujours au Père : ce Dieu que nous appelons Père, mon Père et votre Père. Jésus nous renvoie toujours à Dieu ainsi la lettre « D »
Et enfin, ce que nous dit sans cesse l’Evangile, c’est que Jésus est venu POUR NOUS voici le « N » Dan le Credo : « pour nous les hommes et pour notre salut » … « crucifié pour nous »

En résumé !
Etre chrétien, c’est se réclamer de Jésus, annoncer tout comme Bonne Nouvelle en relation avec Jésus Christ, en se rappelant que Jésus Christ est pour Nous, de la part de Dieu – c’est Dieu qui l’envoie pour nous – et que nous le connaissons par les Apôtres.

Ce schéma peut se prolonger sur l’EGLISE
Que dit le Credo ?
«Je crois en l’Eglise, une, sainte, catholique et apostolique. » (symbole de Nicée )
Ce n’est pas cela !
Le credo original, c’est « je crois en UNE Eglise qui est sainte, catholique et apostolique.… » Il ne peut y avoir qu’une Eglise, parce que l’Eglise, c’est l’Eglise de Jésus Christ, animée par son Esprit. Il n’y a pas 50 Jésus Christ, 50 esprits …
Sainte ne veut pas dire qu’elle est parfaite, loin de là, la preuve, c’est que nous y sommes ! Elle est sainte parce qu’elle est animée par l’Esprit de Dieu.
Apostolique, bâtie sur la foi des apôtres
Catholique, parce qu’elle est proposée à tous les hommes. C’est plus vaste que l’universalité telle qu’on l’entend habituellement ; cela veut dire à la fois l’universalité des humains et de la création.
C’est la capacité que nous devrions avoir, si nous étions vraiment pénétrés de Jésus Christ, de lui rattacher tout ce qui est humain. Nous sommes invités à prendre en charge, comme les apôtres, l’apostolat, c’est-à-dire la mission.

Suite :  Jésus Christ est pour nous

Gui Lauraire,
Né en 1939, il est ordonné prêtre en 1964 pour le diocèse de Montpellier. Il a longtemps enseigné la christologie et l’ecclésiologie au grand séminaire interdiocésain, à Viviers d’abord puis à Montpellier. Responsable diocésain de la catéchèse, aumônier de l’Action catholique spécialisée (ACS), il est appelé comme prêtre « Fidei donum » au Pérou. Rapatrié pour raison de santé en 1991, il travaille depuis en paroisse, dont dix ans à Saint-Guilhem-le-Désert de 2005 à 2015. Il a également travaillé dix ans en lien avec la pastorale des gitans et gens du voyage. Aujourd’hui retraité, mais rattaché à une paroisse de Montpellier, il est engagé à « Nous sommes aussi l’Église » (NSAE) et aux Réseaux du Parvis. Il a publié On n’enterre pas la lumière (éd. Temps présent, 2015).

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.