Jean 16, 29-33

« Courage ! Moi, je suis vainqueur du monde »  
LA GRANDE VICTOIRE
Dans les versets précédents, Jésus s’est révélé Sauveur du monde à ses disciples. Il n’avait pas cessé de le manifester en paroles et en œuvres durant tout son cheminement avec eux, mais en ce temps de son testament spirituel, son discours leur est limpide ; la lumière jaillit de ses mots qui ont parlé à leur intimité. Goa au soleil couchant, Photo AHBC’est une Pentecôte intérieure, ils croient : « nous croyons » (v.30). « Maintenant vous croyez ! » leur confirme Jésus (v.31).
La foi n’appelle plus ni discussion, ni interrogation (v.30).
Pourtant, Jésus ne leur cache pas les épreuves et les ténèbres qui vont mettre en péril et ébranler cette foi toute neuve. Ils l’abandonneront. Il sera humainement seul (sans disciples ni amis)… mais pas divinement seul « puisque le Père est avec moi » (v.32). Il y a donc au cœur de chaque épreuve ou traversée, une expérience spirituelle possible à faire. Par delà la nuit, par delà l’abandon, je crois à une Présence indéfectible et immortelle, celle du Père de toute miséricorde et de toute éternité. C’est cette alliance entre Dieu et l’humanité qui est le point d’ancrage de notre foi, l’espérance que Dieu est toujours là.
Cette alliance sera scellée par l’offrande du Fils sur la Croix. En Jésus, nous vivons de cette vie divine qui coule en nous. « Moi je suis vainqueur du monde » annonce le Fils aux portes de sa Passion. Il croit, il sait, que le Père ne l’abandonnera pas et que ressuscité par lui, il continuera la même œuvre de cette grande et éclatante victoire qui ouvre les portes de la vie et du courage à tous ceux qui croient et croiront en lui.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.