Jean 16, 5-11

Annoncer et vivre un départ ne sont pas une chose facile !
Devant cet adieu, Jésus se révèle une énigme aussi bien pour les disciples que pour nous.

© Carmel-Saint-Joseph l’entrée-du-couvent Lattaquié_

Partir ? Où ? Comment ? Pourquoi ?
Ce sont des questions qui laissent l’intelligence silencieuse devant la profondeur du mystère ; qui entraînent la foi dans un chemin obscur et poussent l’amour à vivre un détachement sans mesure.
Tout l’être est « suspendu », poussé vers un au-delà insaisissable et incompréhensible.
Devant l’angoisse de la séparation et la tristesse de l’absence s’ouvre une brèche !
Désormais, l’Esprit est le Dieu secret, le Dieu intérieur, caché, qui vient habiter et sonder nos profondeurs ; qui vient non pas visage mais révélateurs de visages, non pas sainte Face mais sainteté de toute face humaine.
Il vient créer en nous une ouverture de lumière dans laquelle la séparation s’abolit et l’absence se fait présence.
Bienheureuse séparation qui « baptise » le cœur et fait de lui la demeure de l’Esprit !

Un commentaire

  1. Merci sœur Josette pour cette belle méditation qui nous ouvre les portes de l’invisible et du secret… « Vraiment, tu es un Dieu qui se cache » (Is 45, 15).
    Il nous fait approcher aussi le mystère de la présence de tous les disparus chers à nos cœur.
    J’ai beaucoup aimé aussi l’expression du baptême intérieur, cette alliance nouvelle chère à nos prophètes de l’Ancien Testament, et la travail de l’Esprit Saint qui « baptise le cœur ».

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.