Luc 1, 67-79

DIEU FAIT GRÂCE

À la naissance de Jean, futur baptiste des rives du Jourdain, son père Zacharie, après l’avoir porté dans le silence neuf mois (suite à l’annonce de l’ange dans le Temple), crie son nom à qui veut l’entendre : « il s’appellera Jean ». Jean, c’est-dire « Dieu fait grâce ». Car son enfant est don de Dieu et annonce du salut universel à venir qui est « Jésus », ce « Dieu sauve » que toute la terre attend.

Rempli de l’Esprit Saint, qui a couvert Marie de son ombre, et qui continue d’œuvrer au cœur de ceux qui seront les premiers témoins de la venue de Dieu, il se met à chanter le mystère du Dieu de tendresse qui descend et ne peut se révéler qu’en poésie.

Les paroles coulent de sa bouche, elles sont tout d’abord bénédiction, puis reconnaissance pour ce Dieu visiteur de son peuple et de son histoire. Salut, amour, miséricorde et promesse d’alliance rythment ses incursions en l’humain. L’enfant nouveau-né sera l’annonciateur de Celui qui vient pour tout le peuple.

Les nuits font peur… « Oh! Pourquoi, pourquoi, pourquoi Seigneur. Pourquoi Seigneur qui fis le monde. Pourquoi tu fis la nuit si longue. Si longue, si longue, pour moi » chantait le Père Aimé Duval. Mais Zacharie chante l’espérance pour tous. Ses paroles prononcées deviennent prophétiques, la bonne nouvelle inonde de sa lumière et de sa paix tous ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort, d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Il était, il est et il sera… Alléluia ! Un enfant nous est né, un sauveur nous est donné ! JOYEUX NOËL !!!

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.