Luc 19,11-28

Christ, Présent à notre présence

luc19_11-28Jésus raconte la « parabole des mines », qui nous est proposée en ce jour, pour au moins deux raisons : la première, dans la suite immédiate de ses paroles à propos de Zachée : « Aujourd’hui, le salut est venu pour cette maison ». La seconde, à cause de la déduction illusoire portée par ses auditeurs : « Eux se figuraient que le règne de Dieu allait se manifester sur le champ ».
« Un homme de haute naissance se rendit dans un pays lointain pour se faire investir de la royauté ». Qu’apprenons-nous d’entrée de jeu ? Que le futur roi de ce peuple s’en va pour « un pays lointain », comme le fils cadet de cet homme d’une autre parabole : curieuse mise en perspective de Jésus (futur roi) et du prodigue de Luc 15 !
Retenons que cet homme de haute naissance s’en va : il s’absente et cet absent est roi. Et il confie son autorité à des serviteurs à travers le don des « mines » qu’il ne reprendra pas mais dont il attend des fruits. Autrement dit : en l’absence du roi, et jusqu’à son retour, à nous de jouer, selon ce que nous avons reçu et entendu.
Nous le comprenons, il ne s’agit pas de rentabilité : tout se joue sur une affaire de présence au don et à la parole confiés.
Le cas du troisième serviteur est éclairant : « Voici ta mine » ! Je te la rends, je suis quitte et soulagé, je n’ai rien perdu, en fait « j’avais peur de toi… ».
Cet homme n’est pas présent à lui-même, ni au don et aux paroles qui lui conféraient identité et responsabilité. Et le jugement radical qu’il subit ne sort pas de la bouche du roi mais de ses propres paroles inconsistantes de serviteur absent de lui-même.
A ceux qui s’illusionnent sur l’immédiateté de la venue du Règne de Dieu, la parabole révèle que ce n’est pas pour demain, même dans un futur immédiat, mais pour maintenant, dans le courage d’être, dans la responsabilité risquée, dans l’aujourd’hui du salut qui vient nous visiter.
Et il ne s’agit pas de rejoindre le Roi absent au loin et demain mais de nous disposer à sa venue, dans sa Présence à notre présent, toujours inattendue, sans cesse désirée.

Un commentaire

  1. Bonjour .J’ai lu différents commentaires de cette parabole .Ils sont unanimes pour dire que l’homme de grande noblesse symbolise Jésus .Jésus n’a pas besoin de partir au loin pour se faire nommer Roi ,Il l’est déjà .Ce roi appelle 10 personnes .Jésus en a appelé 12 .Les concitoyens de cet homme ne l’aiment pas .Jésus était aimé de ses disciples et des foules qu’Il guérissait .Ce roi distribue de l’argent :si c’est vraiment Jésus ce roi, alors Il est pervers car Il nous a bien dit que l’on ne peut pas aimer Dieu et Mamon !!! Quelle est la récompense ? le pouvoir sur des villes …..et pour finir ,j’imagine mal mon Seigneur faisant mettre à mort ceux qui n’ont pas voulu Le suivre .Il en aurait tué des pharisiens et des scribes !!!!Pourquoi a-t-Il sauvé la femme adultère d’une mort certaine ? Je pense que le sens de cette parabole est ailleurs .Jésus annonce la venue de faux rois qui se font couronner au loin et qui imitant Jésus réunissent des esclaves qui seront récompensés par le pouvoir.Ici Jésus dénonce l’attrait du pouvoir et de l’argent et que ceux qui ne se plieront pas aux exigences auront une triste fin .Il ne parle pas de Lui ,Il nous met en garde de ne pas nous laisser prendre au piège des miroitements de certains royaumes pas sains ni saints .Jésus ne règne pas sur nous ,Il nous annonce Son Royaume et ensuite c’est à nous de le suivre .

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.