LUc 21, 5-11

Comme un mauvais présage…
« Tout sera détruit » (v.06).
Cyclone vu de l’espace

Au moins dans la bouche de Jésus, les choses sont sans équivoques : les temps sont à la noirceur et aux combats… Les guerres, les désordres, les rivalités et les complots politiques, les dérèglements climatiques, les famines, les épidémies… jusqu’aux « phénomènes effrayants » qui surviendront, et aux « grands signes venus du ciel » (v.11). Rien n’est oublié. Mais, ce qu’il ne nous dit pas, c’est le quand et pour combien de temps… ? : « mais ce ne sera pas aussitôt la fin » (v.09). Que veut nous dire Jésus ? Sont-ce des prophéties, des mises en garde… ? Qu’est-ce qu’attend Jésus de ses contemporains, et comment sa parole rejoint-elle notre aujourd’hui, en nous parlant de ces horreurs et de ces violences que nous connaissons tous de près ou de loin, que nous subissons via nos actualités ?

Il y a une vision « historique ». Ces catastrophes semblent avoir habité la terre depuis la nuit des temps (au moins depuis le déluge) ; dans un passé plus proche lors des très nombreux temps de persécutions ; et jusqu’à notre aujourd’hui et notre nouvelle anthroposphère où la responsabilité humaine menace toute la création… Et pour demain, l’angoisse ou le déni que nous avons à réfléchir sur ce monde dont hériteront nos enfants ? Cette vision, au regard de la foi, semble être une fausse route… trop désespérante quand on a choisi de vivre la foi, l’espérance et la charité.
Notons tout d’abord que Jésus nous enjoint à deux attitudes : celle de garder le cap et celle de la confiance : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer » (v.08) et « ne soyez pas terrifiés » (v.09). Nous sortons alors de cette lecture chronologique qui nous projette dans une « fin » irrémédiable, comme on se cognerait dans un mur. Car nous, nous allons, avec le Christ Roi, vers son nouveau Royaume…
Ce texte nous ouvre un avenir, un message de la foi, un au-delà du fini, pour une nouvelle terre et de nouveaux cieux qui ne peuvent pas mourir. « Et la terre tient bon, inébranlable ; dès l’origine ton trône tient bon, depuis toujours, tu es » (Ps 92,3). Jésus nous prépare spirituellement à devenir des veilleurs, à affronter les dangers en hommes et femmes de l’Évangile, c’est-à dire de la Bonne Nouvelle, en continuant de prier, d’agir, de semer l’espérance, de marcher, de bâtir pour ne pas sombrer dans nos peurs, dans nos angoisses, ou dans nos pulsions de mort.
« De notre capacité à lire les événements terribles et à interpréter les Écritures en situation de crise, de désarroi, dépend notre salut. Dépend aussi notre résistance au désespoir » (Frédéric Boyer dans La Croix, du 8 novembre 2018).
Lire Frédéric Boyer « Un noir de Bible »

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.