Marc 10, 32-45

Chemin de la Croix

Jésus ouvre la marche du Golgotha, ils montent, lui, et ses disciples pas encore accordés à son offrande totale et irrémédiable : « Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? » (Lc 24,26). Il en résulte deux attitudes. Jésus monte devant et courageusement, sans cacher à ses amis ce qui va lui arriver et donnant beaucoup de détails sur son sort : « Le Fils de l’homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils le condamneront à mort, ils le livreront aux nations païennes, qui se moqueront de lui, cracheront sur lui, le flagelleront et le tueront » (v.33). Tandis qu’eux le suivent déboussolés, dans la frayeur et la crainte (v.32).

Jésus ne cache rien de ce vers quoi ils vont, le but n’est pas la mort mais sa résurrection (v.34). Le terme de cette ascension est la levée, oui… il se relèvera et pour eux aussi, la vie éternelle les attend. Mais la gloire, la glorification qu’il leur donne n’est pas la gloire mondaine. Celle qui passe par la croix et la souffrance est renoncement au pouvoir et aux privilèges, et n’a donc rien à voir avec la demande des fils de Zébédée (v.37). Les dix autres s’indignent (v.41)… Mais ils réagissent à ce qu’ont dit Jacques et Jean, et non pas, comme il aurait fallu, aux paroles de Jésus.

Alors Jésus appelle les douze autour de lui (v.42), les enseigne en faisant résonner deux savoirs qui ne sont pas du même ordre : « vous ne savez pas ce que vous demandez » (v. 38) au « vous le savez […] Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur ».
Ils ont à passer avec le Christ d’un monde hors du temps, la logique du Royaume, où s’instaure ce qui fonde la vie des croyants (le baptême de feu, la coupe et le Père), et qui est radicalement opposé à un retour sur terre qui concernerait le pouvoir politique et la hiérarchie sociale.

Jésus leur donne, nous donne à nous tous qui le suivons, une règle spirituelle, une attitude d’esprit qui convertit le vouloir et le cœur de chacun en nous changeant en serviteurs de la Parole et de tous les hommes. C’est cela devenir un homme nouveau.

0 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *