Marc 12, 13-17

« Dieu n’est pas Dieu des morts, mais des vivants. » 

« Comme les Sadducéens ne reconnaissaient comme Écriture Sainte que le Pentateuque, Jésus préfère s’appuyer sur un texte central du livre de l’Exode :« Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, et le Dieu de Jacob ». Et Jésus argumente à partir de la vie de Dieu : « Il n’est pas Dieu de morts, mais de vivants ». Dieu, pour se faire connaître de Moïse, s’est référé aux trois patriarches comme à des vivants. Bien qu’ils soient morts en leur temps, ils sont vivants au moment où Dieu parle à Moïse, parce que, depuis le moment de leur mort corporelle, ils sont vivifiés par la puissance de Dieu, et c’est ainsi qu’ils sont destinés à la Résurrection.

Et le même mystère se produira pour tous ceux qui meurent dans l’amitié de Dieu …

La Résurrection sera l’éclosion de notre corps à la vie nouvelle que nous aurons puisée à la vie même de Dieu, dès notre rencontre dans l’au-delà avec le Fils ressuscité …

Face à ces merveilles de vie, à cette victoire du Dieu vivant, qu’elle paraît petite et mesquine, l’ironie des Sadducéens opposant à la foi d’Israël leur histoire de la femme aux sept maris ! Vraiment, ils méconnaissent les Écritures et la puissance du Très Haut : car « si l’Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en nous, Celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts donnera aussi la vie à nos corps mortels par son Esprit qui habite en nous » (Rm 8,11).
Jean Leveque o.c.d

0 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *