Matthieu 13, 44-46

Est-ce l’enfant qui sommeille en nous qui nous rend capable d’éprouver à tout âge une joie espiègle et fugace à l’idée de trouver un trésor caché ?
Est-il une réalité, un « je ne sais quoi » qui peut prendre valeur de « trésor » dans nos vies au point de « vendre tout ce que l’on possède » pour se le procurer ?
Oui, aux yeux de Jésus, car « Il parcourait toute la Galilée, enseignant dans leurs synagogues, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume » (Mt 4, 23).
Cette inlassable proclamation du Royaume est-elle autre chose pour Jésus, sinon la révélation de l’amour du Père pour et à chacun, source d’une vie en Alliance venant marquer notre être au monde ? « Voyez quelle manifestation d’amour le Père nous a donnée pour que nous soyons appelés enfants de Dieu. Et nous le sommes ! Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté » (1 Jn 3, 1-2).
Les images des récits paraboliques viennent éclairer notre chemin d’enfant de Dieu en devenir par des traits qui se laissent reconnaître.
Le premier homme de notre parabole semble avoir découvert un trésor malgré lui, signe d’une rencontre de l’Autre toujours possible là où personne ne s’y attend. Ainsi, le champ de toute notre vie peut être « lieu de la rencontre divine ». « Rien n’est en dehors du spirituel », aimait à dire un homme de Dieu….
Mais ce trésor est caché dans le champ, puis « recaché » (v 44) par qui le trouve ; s’il vend tout ce qu’il possède, c’est pour acheter le champ et non directement le trésor. Comme si le trésor avait à demeurer en ce lieu où il se laisse trouver. Il n’est pas demandé à une source de venir au grand jour, mais de féconder ce qu’elle irrigue…. Le lien au trésor de nos vies nous tournera toujours, dans un premier temps, vers l’intérieur.
Si le trésor de la parabole se laisse trouver, ce n’est jamais une fois pour toute…. Pour l’homme biblique, le fait de « chercher » (à l’image de ce négociant en perles fines) est comme la marque du croyant :« Mon fils, si tu creuses comme un chercheur de trésor, alors tu découvriras la connaissance de Dieu » (Pour 2, 4-5).
Trouver, puis chercher encore est le double mouvement de notre vie de foi….

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.