Matthieu 22,1-14

© CSJ sr Valérie

« L’Amour n’est pas aimé » ! Il ne peut  s’y résoudre, car « Dieu est Amour » et l’Amour est Dieu !
Nous touchons ici l’Amour en colère et la colère de l’Amour, même si une telle image de Dieu nous est  insupportable. Jésus frémit de l’amour  d’un Père trahi, qui tente de réveiller ainsi ses enfants distraits, endormis ou rebelles, son peuple élu, « afin qu’aucun de ses petits ne se perde».

Car « il est prêt le festin des noces pour le fils du roi », et du fond du cœur de Dieu résonne cet appel :
«Venez » !!!

Entendrons-nous dans cette parabole, le cri d’amour d’un Dieu blessé en Jésus Crucfié, assoiffé « des âmes », assoiffé de « l’amour de sa pauvre créature » (Thérèse de l’E-J)
Reconnaîtrons-nous ici Ses entrailles de miséricorde jaillies du « coup de lance » infligé à l’Unique ?
On peut certes y lire le drame de la première Alliance méconnue et refusée, et l’ouverture de la Nouvelle à l’Universel :
« les places d’où partent les chemins » dit le roi.

Mais comment ne pas nous reconnaître, tant dans ceux qui « s’excusent » que dans «  les mauvais et les bons » dont « la salle des noces est remplie ». Telle est notre pâte humaine.
« Et la salle de noce fut remplie de convives ».

Le roi devrait être comblé… Mais, coup de théâtre ! Un « ami » fait tache au milieu de cette « cour des miracles » en liesse. Il n’a pas le vêtement de noce. Serait-ce Adam après la chute, nu dans le jardin d’Eden ? Pourtant Le Fils du Roi a déposé  pour nous son vêtement, cette tunique sans couture transformée en linceul pour que se déchire le voile du Temple et que ressuscitent les morts comme Il est ressuscité. Cet « ami » n’a-t-il  pas reconnu  l’Amour, n’a-t-il pas « revêtu le Christ » Mort et Ressuscité ?
« Certes la multitude est appelée, mais peu sont élus ».

Cela nous paraît étrange, voire incompréhensible.
Et si cette « élection » passait par l’humble consentement à la grâce du salut en Jésus, par le dépouillement du vieil homme pour revêtir le Nouveau, par « les œuvres bonnes » (5,16-20 ; ,21-22) dont Mt ne cesse de souligner l’importance, celles qui nous conforment au Fils du Roi et lui donnent de nous reconnaître au dernier jour.(Mt 25,31ss)
Père, revêts-nous  de ton Amour, que nous ayons part au festin des noces de ton Fils,
et « que nos cœurs se réjouissent en ta présence »
« Attire-nous nous courrons »(Ct)

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.