Le voile 

« Parce que la honte à la fois procède de la division et la combat, l’homme tantôt se voile et tantôt se dévoile, se cache et se manifeste, vit dans la solitude et dans la communauté. » Dietrich Bonhoeffer 

Tu es pour nous une humble et vraie reconnaissance de la division. Divisés, nous ne savons pas aimer, notre chair pourra manger celle de l’autre si nous ne t’apposons sur elle en guise de préparation à sa rencontre. Par toi nous lui révélons notre être divisé, nous lui disons que nous ne pourrons jamais combler son attente ni lui assurer le bonheur qu’il recherche et qu’il attend peut-être de nous. Par toi aussi nous déclarons notre besoin de lui et de son baiser, afin que d’obstacle et de moyen de cacher tu t’allèges et tu deviennes un moyen de révélation et symbole d’union.

Il est vrai que ce sont les femmes surtout qui ont appris l’art de t’apprivoiser, de te faire parler, de s’adresser par toi au monde et à ceux qui les entourent, mais tu portes aussi dans ton cœur le désir des hommes, tu le voiles et tu le révèles. Tu connais leur pudeur et leur fragilité, qu’ils cachent parfois derrière un autre voile, un voile dont tu es l’ami, celui qui s’appelle virilité, force et courage.

Entre nous, déchiré, tu te retires parfois pour nous permettre de vivre des instants de communion, d’union et de réconciliation. Mais tu nous mets aussitôt en garde, et tu te reconstitues spontanément autour de notre taille, sur nos épaules, notre tête et nos visages, protection nécessaire, qui signifie aussi l’attente de celui seul qui n’aura pas peur de notre division et dont le regard est, à la fois, le voile qui nous couvre et l’amour qui nous découvre, toujours comme pour la première fois.

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.