Jean 14, 7-14

NOTRE PÈRE

C’est à lui « notre Père » que nous nous adressons chaque jour dans la seule et unique prière que Jésus a apprise à ses disciples qui lui demandaient de leur apprendre à prier.
C’est son nom « Abba, Père » que nous fait crier l’Esprit Saint attestant et faisant de nous ses fils et ses filles, enfants de Dieu.
Lorsque nous célébrons l’Eucharistie, cette action de grâce – qui nous agrée au Corps de Christ et nous envoie dans le monde –, est adressée au Père que nous glorifions comme Dieu et Père et à qui nous rendons grâce pour toute l’Œuvre de Salut.
Notre marche, notre cheminement de disciples nous conduit vers Lui, notre Créateur, car toute notre vie théologale est ramenée, centrée vers ce même mystère de l’origine et du retour au Père.

Arts-plastiques © CSJ Mechref, 2020

Il s’agit bien d’un mystère, d’un très grand mystère, du mystère même de sa présence et de son action dans notre vie… compris entre les deux obstacles de son absence et de sa sur-présence. Ce grand mystère exprimé dans la question de Philippe : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. » (v.8) ; et dans la réponse de Jésus : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : “Montre-nous le Père” ? » (v.9).

Ce mystère caché, nous n’y pénétrerons que sur la pointe des pieds et que par la force et la douceur de notre prière et de notre contemplation (adoration) du seul et unique Visage à adorer que le Père nous a envoyé, celui de son Fils Bien-aimé. Il nous faut tout l’accueil de Jésus en nous et le don de son Esprit Saint pour arriver à cette image et ressemblance de l’origine, et avoir part à la Vie divine, la Vie trinitaire, c’est alors que nous pourrons « voir » le visage caché du Père, en la révélation de son Fils mort, ressuscité et glorifié pour nous.

La vie divine en nous, c’est ce qu’a vécu en plénitude toute au long de sa vie terrestre Jésus : « je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; le Père qui demeure en moi fait ses propres œuvres » (v.10). Cette vie après la Résurrection et l’Ascension nous est donnée abondamment, généreusement à nous qui croyons en Dieu et en son Fils : « celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père, et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils » (v.12-13).

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.