Jean 16, 5-11

Où vas-tu ?

“Où demeures-tu ?” : C’est la première question que les disciples de Jean le Baptiste posent à Jésus ; et, à sa réponse claire : “venez et voyez”, ils le suivent. Car même si la route n’est pas sûre, leur compagnon de route, de chair et d’os, l’est. Il les emmène chez lui, l’adresse est précise. Il s’agit de voir, c’est concret. Ils y vont, empressés, car il s’agit de rester avec lui, de demeurer auprès de lui.

Mais “en ce temps-là”, la fin de l’aventure a sonné, et ils le savent. Non, personne n’ose lui demander : “Où vas-tu ?” (v.5). Ont-ils peur ? Jésus voit la tristesse remplir leurs cœurs. Car à la séparation correspond un grand inconnu de non savoir et de non possession.
S’en aller auprès du Père (v.10), semble loin ! Recevoir le Défenseur (v.7) est aussi énigmatique.

Pourtant c’est bien au Souffle des quatre vents que les apôtres sont abandonnés. Confiés à la puissance du Christ Ressuscité, qui, à travers eux, continue à se répandre et féconder toute la terre, pour faire toutes choses nouvelles, accomplir les merveilles… maintenant !

Un commentaire

  1. SI JE PARS, JE VOUS ENVERRAI LE DÉFENSEUR. QUAND IL VIENDRA, IL ÉTABLIRA LA CULPABILITÉ DU MONDE EN MATIÈRE DE PÉCHÉ, DE JUSTICE ET DE JUGEMENT (Jn 16, 5-11). DIEU ne nous laisse jamais orphelins, seuls face à notre destin. Car, le risque est toujours grand de nous perdre ou d’être corrompus par le Malin. C’est pourquoi le départ du CHRIST annonce la venue de l’Esprit Saint : DIEU sous une autre présence. Ainsi, celui qui croit en DIEU ne parle pas seulement de l’Esprit, mais également dans l’Esprit. Il parle le langage de l’Esprit, car, il est mû par cette force venue d’en haut et promise par le CHRIST, afin que quiconque croit en LUI, puisse continuer son œuvre. Vivre dans l’Esprit c’est vivre du souffle même de DIEU. C’est grâce à ce souffle divin que l’Homme ne peut plus vivre exclusivement pour lui-même, ni selon son propre mode de penser, de croire ou d’agir. C’est cet Esprit qui agit en nous, qui nous révèle où est notre péché, le mal commis, mais en même temps, les voies de la Vérité, de la Justice et de l’équité. Car, DIEU n’est pas venu condamner le monde, mais, révéler au monde sa faute et ouvrir des chemins de conversion et de pénitence. C’est donc mû par l’Esprit, que l’Homme peut avoir le courage et la capacité d’affronter ses peurs, ses inquiétudes, son mal, ses faiblesses et son péché, afin de mieux les éradiquer. Le Défenseur, le Consolateur, l’Esprit de vérité, se pose en défenseur de l’Homme. Pécheur et coupable, nous pouvons l’être, mais l’Homme n’est pas réductible ni identifiable à ces actes. Car, il vaut plus. C’est pourquoi l’Esprit Saint présent en nous, ouvre toujours un nouvel horizon, où il est possible que nos paroles, nos actes soient conformes à la volonté de DIEU. Bonne journée de méditation et de travail
    Abbé ACHILLE KANDI, Archidiocèse de Bertoua

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.