Jean 3, 13-17

Nous avons tendance, surtout en ces jours-ci avec tout ce que nous vivons, d’appeler toute tentation, toute maladie, toute traversée et tout évènement tragique, « une croix » ; une façon d’ « anesthésier » la souffrance et accepter de vivre tout en étant morts ! Comme si la vie avec Dieu n’est vue que sous l’angle de la souffrance et de la mort.
Or, il n’y a qu’Une seule Croix et Un seul Crucifié : Jésus-Christ. Dieu est crucifié en moi et en l’autre, en chacun de nous. À chaque fois que nous refusons sa Vie en nous, nous le crucifions. À chaque fois que l’autre refuse la vie de Dieu en lui et en nous, il le crucifie.

Écriture syriaque_Christ Ressuscité ait pitié de nous.

En effet, nous ne pouvons participer à la croix du Christ en dehors de l’Amour, en dehors de Dieu. La Croix et l’Amour ne peuvent être jamais séparés.
Continuer à aimer au sein des persécutions, c’est vivre la Croix.
Continuer à croire en l’autre malgré tout ce qui porte en lui comme signe de jugement, de colère, de haine et de péchés (qui ne sont qu’un miroir de ce que nous portons nous aussi en nous-mêmes), c’est vivre la Croix.
Continuer à vivre les évènements difficiles en ayant les yeux fixés sur la Résurrection, c’est vivre la Croix.
Continuer à espérer contre toute espérance et semer l’amour là où il n’existe pas, c’est vivre la Croix.
Avoir toujours les entrailles déchirées de miséricorde devant la souffrance de l’autre, c’est vivre la Croix.
Ce que nous prêchons est la sagesse de la Croix qui n’est qu’une folie pour le monde. Ce mystère ne peut être vécu que par l’accomplissement de l’Amour de Dieu en nous ; cet Amour qui se donne en nous, qui transfigure notre nature enlaidie par le péché, notre Golgotha ; un Amour qui s’illumine en étant crucifié. Un Amour qui, plus il se donne, plus il rayonne paix, joie et espérance !
Que Jésus-Christ entre dans notre Jérusalem portant sa propre Croix ; qu’Il nous donne la grâce de l’accueillir les bras étendus pour continuer dans notre chair, là où nous vivons, ce qui manque à ses souffrances pour sa Gloire et le Salut de nos frères.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.