Jean 6, 44-51

« Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire »
Lorsque j’ai fait l’expérience de la rencontre avec Dieu, je pense pouvoir dire que j’étais comme attirée…attirée par la Parole, attirée par un certain sentiment d’amour, attirée vers une terre que je pressentais qu’elle deviendrait un jour une Terre Promise…en un mot « attirée ».
J’aime à penser qu’Abraham, le père des croyants, a perçu en lui une sorte d’attirance, en entendant cette invitation à partir. Comment ne pas imaginer que lui aussi a été attiré, tiré de son réel pour une Terre Promise où Dieu le mènerait ?
Lorsque le Père attire quelqu’un, il lui parle au cœur, il lui parle de vie, de manger de bonnes choses, de don, de dimension universelle pour le monde.
Être attirée par le Père, ça dilate le cœur, ça dilate la vie, élargit l’horizon, et fait entrer dans une autre dimension. Désormais, ma vie tend à la dimension du Fils, du Ressuscité : un goût d’éternité. Vivre éternellement, c’est probablement vivre aujourd’hui avec Dieu et mes frères, vivre chaque minute, chaque instant de ma vie avec Lui pour le monde.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.