Jean 8, 51-59

Le « Je suis » de Jésus choque les pharisiens venus l’écouter. Déjà toute la conversation a fait monter en eux de nombreuses questions et ils ne comprennent pas qui est celui qui répond.
Le « Je suis » de Jésus rappelle évidemment le « Je suis » du Buisson ardent où Moïse reçoit sa mission de Dieu qui lui parle. Mais Jésus, un homme devant eux, ne peut pas être Dieu qu’ils attendent. Ces pharisiens ne sont pas prêts à recevoir la nouvelle que Dieu est parmi eux maintenant, aujourd’hui.
Et pourtant, c’est ce qui se déroule : Dieu est venu s’incarner auprès des hommes pour les accompagner sur le chemin de la vie. Mais ils doutent, cherchent, rejettent, car ils n’arrivent pas encore à s’ouvrir à ce qu’ils entendent de Jésus. Ses paroles contredisent trop ce qu’ils savent et ils n’arrivent pas à abandonner leur savoir pour s’ancrer dans le chemin de foi, de vie que leur ouvre ce Jésus de Nazareth.
C’est le chemin de la foi, de conversion de notre regard auquel nous sommes appelés par les paroles de Jésus sur la gloire du Père et non celle des hommes. Et le « Je suis » Parole essentielle nous appelle à croire sans avoir vu, mais en ayant reçu, lu, prié, écouté ces paroles et de nous être ouverts au chemin de vie et de vérité tracé par Jésus, Fils de Dieu.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.