Jn 13, 1-15

Dieu au Corps à corps

 Voici donc «  l’Heure extrême » où Jésus s’est déjà destitué de tout. Tout son avoir, tout son pouvoir et son savoir, il les a répandus, Semeur de paroles et de gestes pour vivifier les esprits et les corps brisés, à la croisée des chemins, dans la cohue des viles et villages.
Alors dans le silence de la Chambre Haute, dans le cercle grave de l’amitié, Jésus « dépose son vêtement », et ainsi ressaisit tout son être dans un geste qui, une fois encore, une fois pour toutes, se pose sur les corps, comme la caresse de Dieu sur notre humanité souffrante et déchirée.
L’agenouillement de Dieu en état d’urgence !
Dieu au Corps à corps avec la violence où s’abîme notre monde, hier, aujourd’hui, toujours…
Jésus bouscule le rituel : il va de l’un à l’autre, face à face singulier qui, des pieds au visage, élève chacun et le restaure.
« Comprenez-vous ce que je vous ai fait » ?
Dans ce geste si banal auquel nous résistons, c’est son Corps tout entier qui passe de l’un à l’autre, qui se donne dans l’entre nous, son Corps qui s’efface et se fait Nous.
« Faites ceci en mémoire de moi ».
Voici donc le mémorial de notre propre donation, jusqu’à la brisure du moi, de son isolement hautain et tragique.
Et si nos corps consentent à être ainsi rompus, ne deviendraient-ils pas espace où «  se rassemblent », enfin, « les enfants de Dieu dispersés » ?

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.