Lc 10, 17-24

  «Il exulta  »

Anouchka-cris-de-joie

Soudaine irruption de L’Esprit-saint qui, « à l’instant même », fait exulter le Fils de Dieu !  Jean-Baptiste n’avait-il pas, lui aussi, bondi d’allégresse dans le sein d’Elisabeth à l’aurore du Salut que Marie portait en elle. Jubilation du Fils de l’homme entrevoyant le salut de l’humanité entière :

« Réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans les cieux » Il ne s’attarde pas sur Satan qui tombe comme l’éclair mais sur notre place dans le Royaume de Dieu, « sur nos noms inscrits dans les cieux »

Ces soixante-douze envoyés vers la totalité des nations, dépassant le cadre de l’envoi des douze en Palestine, « reviennent dans la joie », une joie contagieuse qui met le Christ en louange et en  action de grâce : « Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre…

…Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez » Révélant en particulier à ses disciples cette abondance de joie, le Seigneur élargit l’horizon à l’infini : à ceux qui voient «  ce que les disciples voient, ce que beaucoup de prophètes et de rois n’ont ni vu ni entendu. »

Qui sont-ils ces heureux ? Des « tout petits » nous dit Jésus.

Notre vie ne doit-elle pas annoncer la joie qui l’habite, celle du Père et du Fils qui entièrement se reçoivent et se donnent : « La joie a toujours la dynamique de l’exode et du don, du fait de sortir de soi, de marcher et de semer toujours de nouveau, toujours plus loin » (La joie de l’Evangile) nous rappelle l’évêque de Rome.

Le Seigneur ton Dieu est en toi, héros sauveur

Il exultera pour toi de joie*

*So 3, 17

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.