Luc 11, 42-46

media_xll_6504260 sans papier église« Malheur » … Ou plutôt « Hélas » … Profonde douleur de Jésus devant la part de nous-mêmes qui oublie que l’accomplissement de la loi ne peut se faire que dans l’amour.

Malheureux homme qui, dès lors qu’il a accompli les obligations et les lois de sa religion, croit qu’il est en règle avec Dieu et qu’il peut se faire juge de ses frères. Il se trompe de Dieu, car le Dieu que Jésus nous révèle ne veut pas être servi mais être aimé et rencontré gratuitement. Il se fait homme au milieu des hommes pour que nous nous approchions sans crainte de lui. Il ne nous appelle plus « serviteurs », mais « amis » (cf. Jn 15, 15).

Dieu n’est pas le grand inquisiteur qui compte nos faux pas et nous contraint à observer les multiples préceptes de la religion. Il est celui qui juge selon la vérité, avec bonté et patience, dans l’amour. Il fallait observer la loi, sans abandonner l’amour ! Divin équilibre du jugement de Dieu !

Si le Dieu que nous cherchons et que nous rencontrons dans le visage de Jésus ne nous surprend plus, s’il ne nous convoque pas en dehors de nos habitudes et de nos certitudes bien pensantes, à l’écart de nos chemins biens conformes aux préceptes moraux que nous nous fixons et aux lois de l’Eglise, est-il encore vraiment le Dieu de Jésus Christ, le Dieu de tous les horizons, le Dieu de toutes les rencontres, le Dieu qui donne et qui pardonne sans limite ?

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.