Luc 12,3-48

“ Vous aussi, tenez-vous prêts car c’est à l’heure que vous ne pensez pas que le Fils de l’homme va venir” ( Lc 12,40)

La vigilance nous tient en éveil, elle nous empêche de s’évader dans les banalités de la vie et le manque de responsabilité.
La vigilance est, me semble-t-il, le signe d’un cœur toujours prêt à se donner, toujours disponible, qui ne se lasse jamais d’aimer, de pardonner, d’œuvrer pour que règne plus de justice et d’amour, de paix et d’humanité, de compassion et de fraternité. C’est le cœur du disciple de Jésus, fidèle de la fidélité de son maître, puisant dans les dons qu’il a reçus de lui, au service de ses frères, et, ne possédant rien, les mains vides, il se tient toujours prêt à recevoir Celui qui vient …

« Mon âme s’emploie toute entière
Avec mon fonds, à son service
Je ne garde plus de troupeau
Je n’ai plus aucun autre office
Car l’amour est désormais mon seul office » (Saint Jean de la Croix – Poème 11)

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.