Luc 6, 12-19

Pour une multitude de frères
En quatre plans (Jésus seul dans la montagne ; Jésus appelant les Douze ; Jésus et ses compagnons, avec les disciples et les foules dans la plaine ; la force sortant de Jésus), l’évangéliste saint Luc, à travers le choix des douze apôtres, dessine la mission de l’Église.
Jésus passe toute la nuit à prier Dieu, presque douze heures pour douze apôtres. Un choix, un combat qu’il met dès le commencement sous le regard du Père et dans le choix de son Père aimant et bienveillant : « 29 Ceux que, d’avance, il connaissait, il les a aussi destinés d’avance à être configurés à l’image de son Fils, pour que ce Fils soit le premier-né d’une multitude de frères. 30 Ceux qu’il avait destinés d’avance, il les a aussi appelés ; ceux qu’il a appelés, il en a fait des justes ; et ceux qu’il a rendus justes, il leur a donné sa gloire » (Rm 8,29-30).
Comme à la Création, Adam avait nommé toutes les créatures et son aide assortie, c’est Jésus qui reconnaît et nomme ses « aides », chacun selon son histoire, sa personnalité… et saint Luc insiste sur le fait que « tous » différents sont appelés, sans qu’il y ait un prototype, car même celui qui plus tard trahira, est de ceux-là.
En descendant de la montagne, lieu de théophanie, les Douze descendent avec lui, et Luc de préciser sur « un terrain plat », la terre ferme, tous à hauteur d’hommes et sans privilège aucun, au coude-à-coude, ni plus haut ni plus bas que la foule mais avec elle, « à la table des pécheurs », là où se joue le combat et la victoire contre le mal.
La mission de cette première communauté autour de son Maître et Seigneur s’explicite : 
  • elle est universelle, de partout, pour tous.
  • elle est abondante, il s’agit de grand nombre et de grande multitude.
  • elle est diversifiée, il y a des apôtres, des disciples, des gens.
  • elle est précise, on vient écouter sa parole et ses enseignement et pour être guéris et délivrer du mal.
Le focus de saint Luc, pour une dernière image, où notre regard se concentre sur Jésus, comme lorsqu’il était seul sur la montage pour prier. La force du divin jaillit de lui, au milieu des hommes : « Voici votre Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver. Alors se dessilleront les yeux des aveugles, et s’ouvriront les oreilles des sourds. Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie » (Is 35, 5-6). 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.