Luc 7, 18b-23

« « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? ». À cette heure-là, Jésus guérit beaucoup. »
Il y a comme un lien entre la question posée, par Jean Baptiste et par ses disciples et la possibilité de Jésus de guérir. Ouvrir dans son cœur, son intelligence la possibilité de l’existence de Dieu, de la reconnaissance de Dieu en cet instant décille notre regard, nous prédispose à voir autrement et donc à percevoir le Royaume de Dieu au milieu de nous. En quelque sorte, voir autorise Jésus à agir. Jésus est venu rendre la vue aux aveugles. Et nous sommes de ces aveugles, empêchés de le voir dans notre quotidien, tellement pris, emprisonnés par nos propres visions, nos schémas préétablis, nos modes de lecture arrêtés. Jésus vient nous rendre la vue, élargir la vie…
« Allez annoncer à Jean ce que vous avez vu et entendu » : Jésus nous renvoie à ce que notre témoignage, notre expérience spirituelle de voyants, appelés aussi dans l’Ancien Testament « prophètes ». Soyons de ces prophètes que le monde attend, de ces femmes, ces hommes qui recouvrent la vue et savent observer dans notre monde la présence de Celui qui vient !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.