Luc 7,11-17

Naïn
Deux cortèges se rencontrent…

Jésus, le Vivant se tient à la Porte de la ville, accompagné d’une grande foule. Ce Vivant vient à la rencontre de la misère, de la mort qui a frappé cette femme, seule, veuve et désormais sans fils. Elle aussi est accompagnée. Deux cortèges se croisent à l’entrée de cette petite ville de Naïm. A cette Porte, vont se vivre la compassion, la miséricorde.

Compassion de cette foule venue entourer cette femme, amis, voisins, proches, saisispar la peine d’une mère qui perd un enfant

Compassion du Vivant pour nos peines. Il ne connait pas cette femme. Mais Jésus est pris aux entrailles par les peines des hommes, ses frères.

La compassion de Jésus est action, attention. Le Vivant est venu porter la Vie à cette Ville, même à ceux qui pensaient que tout était perdu, fini : le cercueil est porté… La porte de la ville était franchie. Tout était achevé, sans espoir. Mais la compassion de Dieu n’a pas de limites. Plus tard, cette compassion ira jusqu’à la Passion. Jésus acceptera de donner sa vie, d’être mis hors de la ville. Et sa mère sera là, au pied de la Croix, comme cette mère qui pleure. Aujourd’hui, Dieu s’émeut de ces mères qui pleurent leur fils…et aujourd’hui, il nous entraine à la compassion attentive pour elles…soyons des vivants, porteurs d’espérance à leur rencontre.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.