Marc 6, 7-13

Comme sur la montagne, Jésus avait appelé à lui « ceux qu’il voulait pour être-avec lui et pour qu’il les envoie », à nouveau aujourd’hui « il appelle à lui les douze et il se met à les envoyer et il leur donne autorité sur les esprits impurs ». Ils sont envoyés « deux par deux » ayant fait l’expérience d’ « être-avec Jésus ». Comme des ambassadeurs ils se présentent à titre de délégués et membres du groupe que Jésus a recrutés. Le fait d’être deux relativise l’importance de l’un et de l’autre et renvoie vers celui qui les a mis en route. Ils sont mandatés pour étendre « l’heureuse annonce du règne de Dieu » au-delà des « villages d’alentour » où circule Jésus.
Ils ne possèdent pas ce qu’ils apportent, ils donnent ce qu’ils ont reçu et la forme de leur don n’est pas celle d’un avoir mais plutôt d’un manque : « il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route ». Ceux qui ont reçu en toute gratuité ne peuvent, eux non plus, rien donner d’équivalent en échange mais seulement offrir à leur tour gratuitement un toit et du pain au messager qui a changé leur vie par « l’heureuse annonce ». C’est « le règne de Dieu», le règne de la gratuité. Dans le domaine humain, le meilleur exemple est celui du don de la vie : les parents ne possèdent pas la vie qu’ils donnent et aucun enfant ne peut, non plus, rendre la vie reçue à ceux qui la lui ont donnée. La transmission de la vie est ainsi parabole d’une « authentique » communication de l’Evangile fondée sur la folle confiance en celui qui dépasse notre attente ».

Commentaire inspiré par Jean Delorme : « L’heureuse annonce selon Marc » Tome 1

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.