Matthieu 13, 47-53

La parabole de ce jour vient compléter celle de la perle et du trésor pour décrire le Royaume des Cieux. Le Royaume n’est ni un objet de coffre-fort, ni une pièce de musée, ni un bien à posséder. Une lecture un peu rapide de la parabole du trésor et de la perle pourrait nous faire croire que le Royaume des cieux est à acquérir … Mais, la parabole du filet nous apprend qu’il est un mouvement, une dynamique, un agir : il s’agit de jeter, de ramener, de tirer, de ramasser, de rejeter … Le Royaume des cieux se conjugue à l’actif, il est un incessant discernement où l’on ramasse dans des paniers ce qui est bon et où l’on rejette ce qui ne vaut rien. Le disciple du Christ est un veilleur, un témoin, un prophète qui tire du vieux trésor de la Sagesse de la Loi, des paroles et des actes capables de discerner, de dénoncer les forces destructrices, et de restaurer la vie.

Ai-je le désir et le courage de mener mon existence et celle de mes communautés de travail et de vie … dans ce mouvement ? Est-ce que chaque jour je fais mienne la prière de Salomon que nous avons entendue dimanche dernier : Seigneur, donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu’il sache discerner le bien et le mal. Ai-je le désir et la volonté de faire le tri d’abord en moi-même pour rompre avec toute compromission et toute forme de connivence ? Le Royaume ne commence-t-il pas là, dans ce peu qui est à notre portée ? Choisir le bien, le beau, le bon, la fraternité et la vie ?

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.