Matthieu 23, 23-26

Hypocrisie

« Hypocrisie et dissimulation », ©CSJ 2018.

Jésus est en colère. Devant les foules et les disciples, il invective une dernière fois les scribes et les pharisiens. Son principal chef d’accusation est l’hypocrisie. Les « hypocrites » sont ceux qui pratiquent l’art de la dissimulation et manquent de discernement [selon l’étymologie hypo : « sous », et krinein : « tamiser » ou « décider »].
À l’aube de sa Passion, dans son dernier discours, avant son entrée triomphale à Jérusalem, Jésus le Vivant, Verbe et Parole éternelle, juge énergiquement ses contemporains. « Elle est vivante, la parole de Dieu, énergique et plus coupante qu’une épée à deux tranchants ; elle va jusqu’au point de partage de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles ; elle juge des intentions et des pensées du cœur » (cf. He 4, 12).

Jésus fait une longue liste de tous leurs écarts à la vérité, leurs aveuglements et leurs manquements à l’amour, scandant par sept fois ses accusations du leitmotiv « malheureux êtes-vous ! ». L’heure est grave, ils ont fermé le Royaume des cieux (v.13) et fait vider le Temple (v.38).
Ces responsables religieux ne se soucient que du paraître et de l’extérieur. Ils confondent gloire divine et gloriole humaine. Leur responsabilité est d’autant plus grande qu’ils sont des guides et devraient être des modèles et des secours pour leurs contemporains.

Jésus a de l’humour et ses images très concrètes sont parlantes : ils ont préféré les épices (la menthe, le fenouil et le cumin) aux vertus (la justice, la miséricorde et la fidélité) ; la purification extérieure des plats (coupe et assiette) à la pureté de leurs cœurs avides et débauchés. Ils focalisent sur le moucheron, sans s’apercevoir qu’ils ont avalé un chameau !

Oui… sept fois « Hélas ! » pour eux, et aussi pour nous, pour toutes les fois où nous nous préoccupons d’être en règle plutôt que dans la miséricorde et la confiance, pour toutes les fois où nous sommes ambitieux plutôt que humbles. Ne passons pas à côté de ce que nous sommes en vérité, dans l’intériorité de notre être le plus profond où Dieu a gravé son alliance nouvelle et éternelle. C’est là qu’il s’invite, se rencontre, nous guérit et nous relève… ne s’effrayant pas ni de nos chutes, ni de nos péchés, ni de nos faiblesses.

0 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *