Matthieu 25, 1-13

« Alors il en sera du Royaume des Cieux comme de dix jeunes filles qui prirent leurs lampes et sortirent à la rencontre de l’époux » (Mt 25, 1). Que sont nos vies de disciples du Christ, sinon cette mise en mouvement, cet appel premier, un beau jour, cette « sortie à la rencontre de l’époux », point de non-retour dans l’aujourd’hui, quoi qu’il arrive ? Quel chemin ont-elles emprunté, ces dix jeunes filles, sur quelle route marchons-nous ? Sur la route de nos vies, où, selon nos vocations singulières, notre « être disciple » se déclinent en mille et un tâches, toutes ordonnées, dans le meilleur des cas, à cette sortie à la rencontre de l’époux, au cœur du monde. S’il s’agit de marcher « sans or ni argent, sans besace pour la route, ni deux tuniques, ni sandales, ni bâton » (Mt 10, 11), deux choses ne doivent jamais nous manquer : une lampe, et des fioles d’huile pour l’alimenter ! Qu’est-ce donc que cette huile, sinon ce qui entretient le désir, le désir de toujours marcher à la recherche de « Celui que ton cœur aime » (Ct 3, 1), le désir de la rencontre ! Si tut’arrêtes de souffler sur les braises, d’alimenter le feu (m’a toujours dit une sœur aînée), il s’éteindra. « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » avait demandé Jésus, par trois fois, à Simon-Pierre, signifiant par-là la primauté de l’amour. Un amour toujours en quête de la rencontre de l’Epoux. Certes, la Parabole des dix vierges évoque cette rencontre lors du retour en Gloire du Christ, à la fin des temps, le contexte du récit est eschatologique. Mais il est sans doute autorisé, voire impérieux, de lire ce retour comme « l’incessant retour du Christ sur les chemins de nos vies » (Dominique Collin, Mettre sa vie en paraboles, p.82). Ainsi, dans cette alternance entre la marche et le repos, dormons-nous de ce bon sommeil (« Je dors, mais mon cœur veille » Ct 5, 2) qui ne nous empêchera pas de nous laisser rejoindre par les cris du monde, ceux qui nous invitent à sortir, malgré nous, là où le vrai visage de l’Epoux, Celui qui nous connaît, se laisse entrevoir ?

« Je la connais la source qui coule et se répand,
Quoique ce soit de nuit !
Dans la nuit obscure de cette vie, comme je connais bien, par la foi, la fontaine,
Quoique ce soit de nuit ! »

(Saint Jean de la Croix, Souffrances de l’âme qui désire voir Dieu, IX).

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.