Matthieu 28, 16-20

Nous sommes à la fin de l’Evangile et bientôt à la fin du temps pascal, mais cette fin est un début, un commencement, un envoi : Allez donc, dans toutes les nations, faites des disciples…
Le Christ se sépare de ses disciples pour la seconde fois ; il s’en est séparé une première fois tragiquement, dans la mort et les ténèbres. Son ascension confirme que notre condition de chrétien est de vivre séparé de Lui. Il n’est plus possible de Le tenir pour soi comme un trésor que l’on garde. Il n’a pas besoin de revenir dans notre histoire, car désormais, l’épaisseur de notre existence est marquée du souffle de sa Présence et le Corps du Christ, ce sont les disciples rassemblés et envoyés en son nom.

Envoyés pour faire des disciples … forts du souffle du Christ, de son audace, de sa liberté, de son amour, tout disciple est envoyé pour éveiller d’autres disciples. Mais, qu’est-ce qu’un disciple ? Rappelons-nous : lorsque les disciples voient Jésus transfiguré, ils doutent, et lorsqu’ils le voient ressuscité, ils doutent encore … Ainsi, faire des disciples, ce n’est peut-être pas imposer des certitudes, ni les faire répéter par cœur ! Ce n’est pas non plus inculquer des valeurs. Faire des disciples, ne serait-ce pas alors plutôt ouvrir un espace pour que respire la liberté de croire et de vivre, et celle de douter aussi ?

La fête de l’ascension est cette brèche ouverte ou commence notre histoire de disciple et d’apôtre. Dans ce commencement, Jésus ne nous dit plus suis-moi, mais je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. Dans le mouvement de Jésus, n’attirons pas des disciples vers nous ou vers notre Eglise, mais éveillons des disciples qui se laissent accompagner par Jésus sur les routes de la vie, tous les jours …

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.