La joie, par les Grandes Sections de la maternelle du Carm

Matthieu 5, 1-12

JOIE D’ENSEIGNER, JOIE D’ÉCOUTER

« Voyant les foules, Jésus gravit la montagne » (v.01a). Pourquoi s’éloigne t-il d’elles ?
La suite du texte nous donne un indice : « il s’assit ». Attendrait-il quelque chose d’elles ?

 La joie, par les Grandes Sections de la maternelle du Carm
La joie, par les Grandes Sections de la maternelle du Carmel, © CSJ Mechref

« Et ses disciples s’approchèrent de lui. Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait » (v.01b-02).
Cette courte mise en place scénique du discours des Béatitudes, nous éclaire sur la manière d’enseigner de Jésus, comme sur les manières d’écouter cet enseignement (que la tradition a reconnu comme la charte de l’être chrétien).

Tout d’abord, Jésus s’adresse à tous… aux foules entières. Jésus a pris de la hauteur pour sans doute être mieux vu et entendu.

Puis, il marque un temps d’arrêt en s’asseyant. Il faut parfois prendre le temps de se poser pour montrer aux interlocuteurs que l’on va ouvrir un espace dilaté et sans contraintes horaires. Du côté des auditeurs, cela permet de s’enraciner pour laisser tomber en nous la gravité des paroles entendues. Jésus nous montre la position du disciple « assis » près de son maître, prêt à l’écoute et à l’échange.

C’est alors que les disciples s’approchent, dans une proximité topographique selon Matthieu, mais que nous, lecteurs, pouvons aussi interpréter comme une proximité de cœur, se sentir proche, en communion d’une écoute plus grande par ce qui va être livré comme un trésor, comme un secret…

Enfin, Jésus « ouvre la bouche » et il se met à enseigner… L’oralité est appuyée par Matthieu. On peut entendre le « ouvre ta bouche, moi, je l’emplirai » de Dieu (Ps 80,11), et avec la montagne comme lieu théophanique, comment ne pas voir en ce discours fondateur, l’œuvre du Père balisant le chemin de son propre Fils ?… : heureux le pauvre, heureux celui qui pleure, heureux le doux, heureux l’affamé et assoiffé de justice, heureux le miséricordieux, heureux le cœur pur, heureux l’artisan de paix, heureux le crucifié qui sera ressuscité. Jésus parle de son chemin et Dieu fait alliance avec les disciples en introduisant tous ceux qui l’écoutent dans la vie éternelle, c’est-à-dire son Royaume.

« La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jn 17,3).

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.