Marc 10, 1-12

De nouveau, des foules s’assemblèrent près de lui,
et de nouveau, comme d’habitude, il les enseignait.

Puissions nous parvenir dans notre vie à cette heureuse répétition, à cette heureuse habitude de s’assembler autour de Jésus !
S’assembler, c’est faire communauté, c’est oser s’asseoir les uns avec les autres, dans la diversité, la différence. C’est surement oser se laisser approcher, interpeller, voir bousculer dans ses fragilités et ses dons par un étranger, un autre, un frère. Jésus et ses disciples montent vers Jérusalem et se retrouvent sur une frontière devant le territoire de la Judée et de l’autre côté du Jourdain. Les personnes y sont forcément différentes et pourtant elles osent s’assembler.
A Jérusalem, lors de la Cène, Jésus invitera à faire « assemblée » avec ses disciples autour du Pain et du Vin. Et il nous laisse cet héritage pour que nous nous osions nous assembler « près de lui ». Ce mouvement des uns vers les autres porte fruit car c’est « près de lui ». C’est Lui qui nous convoque et Lui qui nous donne de tenir ensemble. Comment ? Comme d’habitude, Jésus enseigne. La Parole nous assemble, nous fait tenir ensemble.

Or la tentation des pharisiens consiste bien à piéger Jésus en le questionnant sur les modalités d’exclusion, pour briser ce qui était assemblé. Incontestablement faire Eglise dérange. D’où la réponse de Jésus : « ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare ! ».
Dans l’unité des hommes et femmes qui s’assemblent pour écouter les enseignements de Jésus, nous pouvons y lire l’œuvre de Dieu et cela nous encourage à rester en Eglise, près de Lui.

Un commentaire

  1. Bonjour Marie,
    Merci pour ce commentaire éclairant et décentré. Tu as décalé mon attention sur une partie du texte qui n’est pas celle qui saute aux yeux a priori.
    Je dois dire aussi que j’apprécie particulièrement la simplicité de tes commentaires. En effet, pour quelqu’un comme moi qui n’a pas une grande culture religieuse, certains commentaires sont trop compliqués. Ceux qui sont plus simples, comme les tiens, me sont plus accessibles.
    Et aussi, ils me touchent dans ma vie quotidienne, moi qui suis loin d’avoir une vie uniquement spirituelle…
    Belle journée à toi, aux sœurs de St Guilhem, à toute la communauté et à tous ceux qui me liront.
    En union de prière,
    Myriam

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.