Mt 17, 10-13

Elie doit venir ?

Mt 17,10-13
© Sr Valérie, CSJ Paris

Elie, prophète de zèle et de feu, champion auto-proclamé de Dieu face aux idoles, est, selon la tradition, le signe de la venue toute proche du Messie (Ml 3,23-24 ; Si 48,1-11). Pétri par le shalom de Dieu, Elie a laissé convertir sa propre violence. Ainsi peut-il être attendu comme médiateur, retissant le lien entre générations, réconciliant, unifiant.

A l’exemple d’Elie, Jean- Baptiste a vécu un même retournement (Mt 3,1-12 ; Mt 11,2-15).

Tout disciple est appelé à laisser convertir son zèle dévorant, sa vengeance de feu, en holocauste de lui-même (Lc 9,51-55 ; Rm 12,1-2) au souffle paisible et apaisant de Dieu pour laisser s’ouvrir en lui et autour de lui la venue du Messie.

Il semble qu’il faille traverser toute violence, haine, vengeance pour découvrir le visage plein de douceur de notre Dieu (Mt 23,37-39).

Un commentaire

  1. Merci pour ce commentaire si parlant qui me rejoint au plus profond de ma propre violence et l’appelle à se laisser apprivoiser « au souffle paisible et apaisant de Dieu « .
    « Souffle paisible et apaisant de Dieu », « découvrir le visage plein de douceur de notre Dieu », rien que d’y penser cela apaise déjà. Merci de le rappeler !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.