Mt 19,23-30

« Qui donc peut être sauvé ? »

Jésus vient de faire la rencontre du « disciple idéal ». Un homme pieux qui a pratiqué la loi de Moïse dans toutes ses dimensions : le respect de toute vie, l’amour du prochain. Nous apprenons que c’est un homme jeune d’où la naïveté de sa réponse : « Tout cela, je l’ai observé. Que me manque-t-il encore ? » Mt 19,20. La vie se chargera de lui apprendre qu’il est un être de manque et c’est précisément dans le consentement à ce manque qu’il deviendra humain et fils de Dieu. Nous ne savons pas exactement ce qui a rendu ce jeune homme triste au point de se détacher immédiatement du Maître qui l’avait regardé avec amour. Mc 10,21

Une chose est sûre : « Il avait de grands biens. » Cet homme n’imaginait pas manquer un instant ni de biens ni de vertu. Pierre et les disciples ne sont pas non plus indemnes de toute illusion. « Eh bien ! Nous, nous avons tout laissé et nous t’avons suivi. Qu’en sera-t-il donc pour nous ? » Mt 19,27 L’Evangile nous dit combien de chute, de trahison, de reniement émaillent la vie du disciple, Pierre et les autres. Pour autant, Jésus ne cesse de venir à nous avec ces paroles : « Va, vends, donne…puis viens, suis-moi ! » Mt 19,21

Un commentaire

  1. – Jésus ! Tu viens au milieu de nous renverser toutes nos fausses valeurs : le dernier devient le premier, le pauvre est promis au Royaume, celui qui n’a plus rien devient riche … Béni sois-tu !
    – Jésus ! Tu nous enlèves tout souci de gagner notre salut par nous-mêmes puisque Dieu seul peut nous sauver. Béni sois-tu !
    – Jésus, lorsque nous osons quitter, à cause de ton nom, père, mère, frères, maisons … et nos richesses, tu nous promets le centuple et la vie éternelle. Béni sois-tu !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.