Mt 25, 1-13

Pourquoi, l’époux a-t-il tardé ?
e39 Étonnamment, les jeunes adolescents de 13-15 ans avec lesquels nous avons partagé la Parabole des dix jeunes filles, ne sont pas tombées dans le piège d’une lecture manichéenne opposant les jeunes filles folles aux jeunes filles sages, mais ils se sont arrêtés sur la question suivante : pourquoi, l’époux a-t-il tardé ?
« Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. » (v.5).
Le temps d’une rencontre de catéchèse, nous avons mené une enquête pour essayer de trouver une réponse à cette question, à l’aide d’indices bibliques. L’investigation s’est avérée enrichissante pour chacun de nous, révélant, à travers nos hypothèses, l’image de ce Dieu venu faire alliance avec les hommes et qui a tardé ou a été retardé sur le chemin de son humanité.
Je vous livre donc les fruits de notre recherche en dix pistes (autant que de jeunes filles) qui pourront nourrir chacune une méditation :
  1. L’époux est délicat et prévoyant, il aura tardé pour laisser du temps aux jeunes filles de se préparer aux noces ?
  2. Ou alors, il est soigneux et coquet, et il aura pris du temps pour se préparer lui-même ?
  3. L’époux est élitiste, il aura voulu tester la patience et le sérieux des jeunes filles, les soumettre à une épreuve, peut-être pour faire le tri entre celles qui l’aiment et celles qui ne l’aiment pas assez pour le suivre toute la vie et jusqu’au bout ?
  4. L’époux est imprévisible, il aura voulu leur faire une surprise, ménager un suspens, les surprendre ?
  5. L’époux est prévoyant, il est parti acheter de l’huile pour toutes les jeunes filles ?
  6. L’époux, comme un arbitre, aura  testé la générosité des jeunes filles entre elles, ce qui aurait pu aboutir à une mise en commun de l’huile ?
  7. L’époux aura eu des problèmes sur le chemin, il aura été attaqué ? Comme Jésus le raconte à propos d’un homme agressé par des bandits sur la route de Jericho, et soigné par un bon Samaritain (Lc 10,25-37).
  8. L’époux est pédagogue. En fait, il n’a pas du tout tardé. Il est Dieu, et le temps de Dieu n’est pas le temps de l’homme, comme le temps éternel n’est pas notre temps compté.  « À ses yeux, mille ans sont comme hier, c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit. » (Ps 89,4). Il aura voulu faire entrer les jeunes filles dans son temps à lui, celui de la gratuité, de l’attente, de l’espérance et de la prière.
  9. Le temps de l’époux est le temps de Jésus lui-même, le temps du délai. Il s’est préparé quarante jours au désert (Mt 4,1-11), il a vécu trente ans sur terre pour aller chercher les pécheurs et tous ceux qui étaient perdus (Mt 9,9-13 ; Mt 18,10-14), il s’est occupé des pauvres, des malades, des affamés et des prisonniers (Mt 25, 31-46). Il est mort et il est descendu aux enfers pendant trois jours (Mt 27-28).
  10. L’époux a tardé car sa route a été longue. Pendant la liturgie pascale, nous chantons « Voici l’époux qui vient ! ». Nous pouvons identifier ce temps d’attente au temps de la Croix, de la mort à la Résurrection de Jésus.
Sr Nathalie et les élèves de 4e et 3e, Carmel de Mechref, Liban, 28 août 2015
Légende photo :  La Parabole des dix jeunes filles, Catéchèse Mechref © CSJ 2014

Un commentaire

  1. Merci pour ce beau partage!
    Deux mains… dix doigts… pour nous faire vivre la Parole et de belles pistes de réflexions! Merci, continuez!

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.