Matthieu 11, 25-30

Il est des êtres qui semblent prêter leur voix au Saint Esprit, à leur insu. Ces personnes sont comme dotées d’un feeling spirituel, d’une perception des choses dont la justesse se révèle par une parole bien à propos, quoi que rare, pour qui doit la recevoir. Chargées de vérité, « d’une vérité », voire d’humour ou de sagesse, ces paroles vont dans le sens du don la vie. Ces êtres semblent accéder de plain-pied aux « mystères du Royaume ». Seraient-ils les « tout-petits » dont Jésus fait la louange ? : « Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. » (Mt 11, 25).Où est la bienveillance de Dieu ?

N’est-elle pas, précisément, en ce que ces paroles de vie nous viennent de celles et ceux dont,à vue humaine, on s’attend le moins, les tout-petits,et non les sages et les intelligents, les férus de la loi ? Dans sa liberté souveraine, Dieu révèle ses mystères en faisant éclater toutes nos catégories humaines…Qui veut connaitre le Père n’y parviendra pas à la force du poignet, sous le joug de la loi, mais dans l’accueil d’un don, celui du Fils, doux et humble de cœur, qui nous appelle à devenir disciple.
Nom de Jésus, plus beau que tous les noms, 
Le nom qui nomme Dieu, loué sois-tu !
Cœur de Jésus, qui dis le cœur de Dieu,
Plus grand que notre cœur, pitié pour nous !
(Didier Rimaud)

0 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *