Jean 11,45-57

La panique s’empare des autorités religieuses et elles entrent dans une description d’avenir des plus pessimistes : l’institution va être mise à mal et les forces politiques vont finir par déstabiliser ce qui reste de la foi ! Il est incroyable de voir comment le cœur de l’homme s’emballe face à la peur de ne plus faire comme avant, de perdre des acquis au point de ne plus laisser place à Dieu. Et pourtant, ces autorités ont constaté une foi naissante dans la population.

A de multiples reprises, Jésus s’émerveille devant la foi des personnes qu’il rencontre. Face à la foi de la syro phénicienne, il découvre que sa mission s’élargit à toute nation. Face à la foi des quatre hommes portant un brancard, il répond par la guérison du paralytique. Face à la foi du centurion, il s’étonne de ne pas avoir trouvé une telle foi en Israël. Jésus s’étonne, s’émerveille, s’ouvre au message de l’Esprit.

Malheureusement, face à la foi des juifs qui ont vu les signes de Jésus, la réaction de l’institution n’est pas l’ouverture mais la panique ! Au lieu d’observer les signes des temps, ils enferment le temps, ferment l’avenir, cherchent à arrêter Jésus et entrent dans un cycle de violence.

Repérons dans nos vies, ce mouvement de panique et laissons l’émerveillement surgir pour y accueillir Celui qui a fait naître la foi en nous.

0 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *