Jean 10, 31-42

« Des hommes et des dieux. »  Titre d’un film qui laissa les spectateurs dans un profond et long silence tellement ce témoignage de solidarité, de fraternité assumées jusqu’au bout est saisissant. Oui les moines de Tibhirine en Algérie ont témoigné d’une parole de Dieu entendue, comprise et vécue en vérité. Ce verset du psaume 82 que Jésus cite à ses détracteurs  peut leur être appliqué: « J’ai dit : vous êtes des dieux vous tous ». Tous frères, fils et filles de Dieu ! Bonne nouvelle que le Fils unique, le Bien-aimé révèle à tous les peuples en devenant l’un de nous pour que nous devenions librement « Un avec lui. »
 « Si tu es le Fils de Dieu », murmure le Prince de ce monde durant quarante jours, quarante nuits dans le désert à celui qui s’apprête à proclamer l’heureuse annonce. Rendant Jésus solidaire d’une tentation qui colle à la peau de l’humain dès les origines. Si peu enclins que nous sommes à accueillir gratuitement la révélation d’une intimité inouïe qui nous dépasse infiniment : « Tu blasphèmes ! ». Or, Jésus sur une croix révèle le visage du Père que nul n’a jamais vu : « Vraiment cet homme était Fils de Dieu ! » s’écrie le centurion, un soldat païen, en le voyant expirer ainsi.                  Au terme de cette violente controverse, «  Jésus s’en retourne au-delà du Jourdain, là où Jean désignant l’Agneau de Dieu, disait aux pharisiens : « Au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas. » Jn 1, 27 L’inconnaissable, car « Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c’est lui qui conduit à le connaître. » Jn 1, 18

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.