Jean 14, 6-14

Il le fera !

Amer Almohibany/, Jardin à Damas, mars 2017 © AFP

À Thomas qui demande à Jésus où il va (v.5), comme à Philippe qui veut voir le Père (v.8), Jésus s’impose comme médiateur. Il est celui qui va au Père, il est le Chemin vers le Père, il est la Vérité qui montre le Père, il est la Vie même de Dieu qui rend visible le Père (v.6). Lui et le Père ne sont qu’UN (Jn 17,21-22).
Tout son discours aux disciples parle de son union intime au Père « je suis dans le Père et le Père est en moi » (v.10). Il est dans sa Parole, il est dans toutes ses œuvres et inversement.

Mais le départ de Jésus n’est ni un abandon ni une désertion, car loin de démissionner de sa vocation de Sauveur, il fait une promesse aux disciples : « celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes » (v.12).
Honte aux orgueilleux qui pourraient croire qu’ils vont rivaliser avec la puissance divine du Christ : non, il ne s’agit pas de faire tout seuls ! Par deux fois, à toutes nos demandes et par la foi en son Nom, Jésus affirme « je le ferai » (v.13 et 14).
Le don de sa vie est indissociablement lié au don de son Esprit : Esprit Créateur, Esprit de force, Puissance de la main de Dieu et Dispensateur de tous les dons. Pauvres créatures et pécheurs, notre seule joie est celle d’être associés à son œuvre de grâce, et de le laisser agir en nous et par nous. Ainsi, comme Jésus est l’Alpha et l’Oméga, tout part du Père et tout lui revient.

Tout ce que nous portons d’espérance, ce que nous donnons d’amour, ce que nous traversons dans la foi, tous nos gestes de semeurs viennent de lui, le révèlent et sont à lui.

2 commentaires

  1. « SEIGNEUR, MONTRE-NOUS LE PÈRE ; CELA NOUS SUFFIT » … C’EST LE PÈRE QUI DEMEURE EN MOI, ET QUI ACCOMPLIT SES PROPRES ŒUVRES… CELUI QUI CROIT EN MOI ACCOMPLIRA LES MÊMES ŒUVRES QUE MOI (Jn 14, 6-14). L’unité du PÈRE et du FILS produit des œuvres immenses, pour le Salut du monde ; et c’est dans cette unité que le Fils veut nous insérer. Croire en DIEU ce n’est pas simplement professer sa foi ou adhérer à un ensemble de préceptes divins, mais, c’est surtout communier à une unité d’amour, qui œuvre pour un même idéal. C’est pourquoi la foi en DIEU est toujours un point de départ vers l’accomplissement des œuvres, qui vont au-delà de nos forces et de nos capacités humaines. « Celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes », nous dit le CHRIST. Car, DIEU ne limite pas son action à LUI tout seul, IL est contre toute forme d’égoïsme hégémonique, où l’Homme veut tout conserver exclusivement pour soi, se sentir patron de tous, soumettre tous les autres à ses dépens. Mais, l’unité avec DIEU nous amène à faire toute chose avec et pour les autres et non plus simplement pour soi-même. Philippe veut voir le PÈRE, afin de combler son désir ; mais DIEU l’amène à chercher plus loin, à ne pas s’arrêter à la simple vision, mais à agir conformément à la volonté divine. Et ce n’est que de cette manière que l’Homme rencontre DIEU, quand il agit comme LUI, avec LUI et pour le Salut du monde. Voir le PÈRE c’est donc le rencontrer dans son champ d’action, où les pauvres sont persécutés, où la Justice manque à son devoir, où la charité est absente et où la Vérité est étouffée. Et lorsque l’Homme s’engage résolument sur ce chemin et soutenu par la grâce et l’Esprit divin, il parvient à accomplir des œuvres plus grandes encore. Car, notre nature humaine, associée à la nature divine, n’a pas fini de nous livrer ses secrets, ainsi que les merveilles qu’elle est capable d’accomplir. Et les actes des apôtres après la Résurrection et la Pentecôte en sont une parfaite illustration. Bonne journée de méditation et de travail
    Abbé ACHILLE KANDI, Archidiocèse de Bertoua

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.