Jean 6, 30-35

Quel signe vas-tu nous faire voir ?
Impossible de vivre sans signe : signe d’amitié, de reconnaissance. Nous passons beaucoup de temps à les lire et les interpréter. Ne soyons pas étonnés que les juifs en demandent à Jésus afin de pouvoir reconnaître et adhérer à sa personne. Les problèmes ne surgissent que quand ‘ils’ et nous, exigeons que ces signes donnés deviennent ou soient des preuves. En amour et en liberté, rien de cela si nous désirons que la vie passe entre nous. Ne serait-ce pas ce que Jésus tente de faire comprendre à ses auditeurs avides et de connaissance et de rassasiement ?   Tout se passe « entre » un Père, un Fils et « entre » nous. A charge pour chacun de donner, de recevoir et de donner à nouveau et sans cesse. Des mains ouvertes qui se remplissent du don qu’elles font.

Qui croit en moi n’aura jamais faim ; qui croit en moi n’aura jamais soif. Mais où est passé le désir ???

Dans les déserts de nos vies, nous avons faim, nous avons soif et ces manques nous mettent sans cesse en route ; souvent nous allons de faims en rassasiements, d’étonnements en déceptions, mais aussi d’étonnements en émerveillements, si nous consentons à transformer nos envies de petits plaisirs ou contentements en désir de pain pour la vie, de Pain de Vie. Une seule exigence : accueillir ce qui est donné et ne peut jamais ni se prendre ni s’arracher, aller vers et faire confiance, croire, toujours croire. Si c’est de Lui que nous avons et faim et soif, c’est lui qui  comblera les désirs de notre cœur. « C’est ta face Seigneur que je cherche ! Ne me cache pas ton visage » « Au matin, je me rassasierai de ton visage ». Et cela est déjà mon éternité, sera notre éternité, de rassasiement en rassasiement.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.