Jean 21, 15-19.2

Qui n’a rêvé et craint tout à la fois, de se retrouver au bord du lac, seul avec Jésus, et espéré entrer en dialogue avec lui à propos de ce qui est le cœur de leur amitié ?
Notre histoire de femmes et d’hommes qui ont noms propres, enfants d’humains qui sont aussi singuliers et uniques, est marquée par le désir jamais assouvi de reconnaissance dans et par un amour unique. Nous l’imaginons trop souvent sans taches ni blessures ni rides. Et cela nous empêche de voir à côté de nous, mais sous les traits marqués de quelqu’un qui a traversé les épreuves du rejet, de l’opprobre, de la trahison, du reniement, Celui qui nous a tant aimés.
Dans l’épisode de ce jour, je me plais à admirer l’humble persévérance de Simon- Pierre, le fils de Jean. Il entend bien la question de Jésus : M’aimes-tu divinement plus que ceux-ci ? Il répond, et c’est en vérité : je suis ton ami ! Un ami, ce n’est pas parfait ! Un ami a des défauts ; il ment et trahit aussi. Mais il peut demeurer ami s’il le veut, parce qu’il a croisé un regard éperdu d’amour. Pierre dit à Jésus : tu sais cela ! Il a l’humble audace de celui qui, tombé, se relève. Il répond qu’il est ‘ami’. Jésus semble alors revoir sa question à la baisse, presqu’à hauteur d’homme. Mais il emploie toujours le terme de l’amour divin. Et Pierre, en une persévérance entêtée, répond de la même manière. Enfin, Jésus touché par la vérité et le désir attristé de son interlocuteur, interroge à nouveau, mais avec le mot de Pierre puisque l’Amour s’est laissé déplacer. Jésus demande donc à Simon, le fils de Jean, s’il est son ‘ami’. Et Pierre de lui répondre pour la troisième fois : tu sais parce que tu connais ce qu’il y a dans l’homme, ce qu’il en est de mon histoire avec ses hautes trahisons, les blessures que j’ai infligées et celles qu’on m’a fait subir, mais aussi ma soif inextinguible de toi et ma foi en toi, tu sais que je suis ton ami. Un ami tout humain et que toi tu rendras divin. Et tu ne me demandes qu’une chose : te suivre, toi, comme en mes commencements et recommencements. Tu me donnes aussi mission de nourrir et de devenir responsable de ceux et celles avec qui je chemine.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.